Destitution de Trump : les démocrates échec et mat

Malgré l’apport de sept voix républicaines, le parti de Biden a échoué pour la deuxième fois en un an à faire condamner un ancien président qui en sort politiquement renforcé. (Article publié dans l’Humanité du 15 février 2021.)

Sans surprise mais pas sans leçons. La deuxième procédure d’impeachment de Donald Trump s’est terminée comme la première : par l’acquittement. Elle confirme que les républicains jouent toujours leurs cartes jusqu’au bout, pas forcément les démocrates. Reprenons. Après plusieurs jours de débats contradictoires (avec des vidéos inédites à l’appui) entre les élus démocrates – procureurs pour la circonstance – et l’équipe de défense de Donald Trump, les premiers n’ont pas réussi à réunir une majorité des deux tiers des sénateurs, seuil indispensable pour déclencher la destitution. Contrairement à l’« affaire ukrainienne » jugée début 2020, le vote a cette fois-ci été « bipartisan ». Sept sénateurs républicains (Richard Burr, de Caroline du Nord, Bill Cassidy, de Louisiane, Susan Collins, du Maine, Lisa Murkowski, d’Alaska, Mitt Romney, de l’Utah, Ben Sasse, du Nebraska, et Patrick J. Toomey, de Pennsylvanie) ont estimé que l’ancien président s’était bien rendu coupable d’« incitation à l’insurrection », le 6 janvier dernier, en appelant, lors d’un meeting, ses troupes à se rendre au Capitole pour empêcher le « vol de l’élection », avant que des centaines d’entre eux pénètrent de force dans le saint des saints législatif du pays. Il a manqué dix voix afin que Donald Trump devienne le premier président destitué de l’histoire du pays.

Le suspense n’a pas été franchement haletant. 43 des 50 sénateurs de droite ont donc estimé qu’il n’y avait aucun problème constitutionnel dans l’attitude du 45e président ce jour de janvier. L’establishment républicain a, semble-t-il, été tenté il y a quelques semaines de se débarrasser à peu de frais d’un Trump devenu embarrassant depuis sa défaite. Mais les sondages d’opinion (une immense majorité des électeurs continuent d’apporter leur soutien au milliardaire nationaliste) et un « blitz » de coups de fil dans les permanences électorales les ont rapidement ramenés à la « raison ». L’affaire étant gravissime (aucun assaut n’avait été donné au Capitole depuis celui des troupes anglaises en 1814), il a fallu, pour certains, préserver les apparences. Ainsi, Mitch McConnell, le leader républicain du Sénat, a critiqué l’homme avec lequel il a passé, depuis 2016, un pacte faustien, puis laissé planer le suspense sur la nature de son vote, avant d’annoncer qu’il se prononcerait pour l’acquittement mais que ce fut une « décision difficile » à prendre. Dans son dernier discours, il a estimé que Donald Trump était « responsable en pratique et moralement d’avoir provoqué les événements de ce jour ». Quelques minutes plus tard, il votait : « non coupable ». Responsable mais pas coupable. Durant le même laps de temps, il s’était employé à empêcher l’ouverture des débats alors que Donald Trump était encore dans le Bureau ovale, avant de juger « inconstitutionnel » le procès d’un président qui n’est plus en fonction, et enfin d’invoquer, samedi, un manque de temps pour refuser de convoquer des témoins. Méphistophélès et Machiavel.

Le témoignage accablant pour Donald Trump de la députée républicaine Jaime Herrera Beutler n’aura donc pu être entendu dans l’Hémicycle. Compromis passé par les démocrates, pourtant majoritaires au Sénat : sa transcription écrite figurera au dossier. Un procès sans témoins et sans l’accusé principal – les démocrates pouvaient lui adresser un « subpoena », une citation à comparaître – a débouché sur une victoire totale d’un président pourtant battu dans les urnes. « Guerre asymétrique totale : les républicains abusent du pouvoir et ne s’en excusent pas tandis que les démocrates abusent du pouvoir qu’ils ont », a twitté le journaliste Ari Berman. Le parti de Biden souhaitait-il solder le procès au plus vite afin de laisser place au vote de lois annoncées par le nouveau président ? Utilisera-t-il, en dernier recours, la section 3 du 14e amendement de la Constitution, rendant inéligible quiconque a été « engagé dans une insurrection », ce qui nécessite une majorité simple au Congrès ? Ou laissera-t-il Donald Trump libre de ses mouvements politiques à la tête d’un Grand Old Party plus « trumpisé » que jamais ?

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s