À New York, la « génération 9/11 », plus rose que sombre

Bercés par la rhétorique de la « guerre des civilisations », ils auraient dû être nationalistes. Ils sont finalement progressistes, voire socialistes. Big Apple est l’épicentre d’une évolution profonde de la société américaine portée par une jeunesse diverse. (Article publié dans le hors-série de l’Humanité « Le monde 20 ans après. Que reste-t-il du 11 septembre? »)

New York, envoyé spécial.

Elle avait 7 ans, 4 mois et 5 jours. Un terrible drame venait de se produire. L’agitation et la stupéfaction de son entourage en étaient les plus sûrs indicateurs. Comme toute famille américaine, les Abdelhamid titubaient entre stupéfaction et incrédulité sidérée. S’ajoutait chez eux une autre peur : celle d’être pointés du doigt, désignés coupables, en tant que musulmans. Radios et télévisions commençaient à supputer que des Palestiniens pouvaient être à l’origine des attentats. Si ces allégations se révélaient exactes, ils deviendraient subitement moins américains que les autres, eux dont l’histoire était pourtant tellement américaine. C’est le père, né en Égypte, qui a d’abord débarqué à New York. Puis la mère l’a rejoint. C’était un 4 juillet, Independance Day, jour de la Fête nationale. « Le feu d’artifice est juste pour toi », lui a-t-il dit. Ils se sont installés dans un quartier où les connaissances et le réseau allaient faciliter leur intégration. Égyptiens, ils sont allés vivre à Little Egypt, comme avant eux les immigrés italiens avaient créé Little Italy et les Chinois, Chinatown. Ils allaient « travailler dur » – la devise nationale officieuse – dans le deli familial en plein milieu du Queens, sans doute le plus bigarré des « boroughs » de New York. En rentrant de l’école publique, leur enfant, Rana, passait toujours par l’épicerie parentale. Au soir du 11 Septembre, malgré l’effondrement des tours jumelles à 10 kilomètres plein ouest de là, rien n’avait pourtant vraiment changé dans la vie de Rana Abdelhamid.

C’est à partir du lendemain que son monde a commencé à évoluer. « C’est comme si j’étais devenue musulmane durant la nuit, se remémore-t-elle pour l’Humanité. Les enfants faisaient des blagues “terroristes” à l’école. Je me souviens avoir ressenti un profond sentiment d’isolement. » Dans le quartier aussi, tout avait changé du jour au lendemain. La gamine évolue « dans une atmosphère de peur ». « Nos mosquées et nos centres communautaires étaient surveillés par le NYPD (la police de New York – NDLR) et le FBI. » Même si New York a plutôt échappé à la transe nationaliste qui s’est emparée du pays après le 11 Septembre, aucun espace, ni aucune ville ne peut se soustraire à la mise en place d’un appareil de surveillance étatique.

C’est en 2009 que tout a vraiment basculé. Un jour comme un autre. Pas de ceux qui demeurent éternels dans les manuels d’histoire. La poussière – physique et politique – des attentats du 11 Septembre était pourtant retombée. Elle avait 16 ans. Dans la rue, un homme se jette sur elle et tente de lui arracher le voile qu’elle porte. Dans un premier temps, elle se tourne vers l’imam du Queens Community Center et lui propose un atelier d’autodéfense. Il l’éconduit. Qu’à cela ne tienne. « Cet incident m’a incitée à lancer mon association, Malikah, afin d’entraîner des milliers de femmes à travers le monde à l’autodéfense, de mobiliser contre les crimes haineux et de développer un travail de guérison émotionnelle. Mon militantisme a commencé à cause de mon identité de classe et mon identité ethno-religieuse dans le New York de l’après-11 Septembre », nous raconte-t-elle. Son militantisme se poursuit aujourd’hui dans le New York qui va commémorer les attentats parmi les plus stupéfiants de l’Histoire au moment où elle sort, hagarde, d’un autre drame, d’une autre nature : la pandémie.

Rana n’est plus une petite fille apeurée par le fracas du monde. Ni l’adolescente violentée qui entre en activisme. Elle est une femme qui veut siéger au Congrès des États-Unis. Son projet lui a valu plusieurs articles de presse, du New York Times au Guardian. Son « profil » attire l’attention. Pensez : ceinture noire de karaté (aboutissement de son travail personnel d’autodéfense), diplômée en relations internationales et économie du Middlebury College (où elle créa, avec d’autres étudiants, une section d’Amnesty International), puis titulaire de la bourse Harry Truman qui lui permet de suivre les cours de la célèbre Kennedy School of Government d’Harvard, où elle est désignée, en 2015, « star politique montante ». Un an plus tôt, elle a créé le projet sur les réseaux sociaux « Hijabs pour New York » afin « d’humaniser et diversifier les récits publics des femmes musulmanes portant le hijab ».

Il est de plus en plus courant que Rana Abdelhamid soit présentée comme la « future AOC » L’acronyme s’est imposé dans la vie politique des États-Unis : Alexandria Ocasio-Cortez. Les points communs sont nombreux : elles font partie de la même génération – les Millennials (nés entre 1981 et 1996) ; elles ont grandi dans des familles de la classe moyenne, poursuivi brillamment des études, investi le champ associatif et sont entrées en politique par la plus risquée des portes : défier un baron démocrate. Pour Rana Abdelhamid, ce sera plutôt une baronne : Carolyn Maloney, en l’occurrence, figure de l’establishment démocrate, élue depuis 1992 d’une circonscription qui court du très huppé Upper East Side de Manhattan aux quartiers « working class » du Queens. Justice Democrats – déjà à la manœuvre dans le coup magistral d’AOC en août 2 018 (à voir dans le documentaire « Cap sur le Congrès »), face à Joe Crowley, député depuis vingt ans et numéro 3 du groupe démocrate au Congrès à l’époque, a apporté son soutien à Rana, tout comme l’organisation Democratic Socialists of America, qui a le vent en poupe depuis plusieurs années. « AOC » en est membre, Rana également, mais avec une certaine distance. « Je me sens plus concernée par les idées et les politiques qui donnent du pouvoir à des communautés qu’à des labels, nous explique-t-elle. Nous avons des élus qui s’identifient comme des socialistes démocratiques, comme la députée Ocasio-Cortez, et se battent pour un monde où la santé, le logement et l’éducation sont considérés comme des droits humains fondamentaux, et je suis fière de me battre à leurs côtés car ce sont des valeurs que je partage. »

Si elle crée la sensation au printemps 2022, Rana Abdelhamid sera éluée députée en novembre de la même année (la 14e circonscription de New York vote massivement démocrate) et rejoindra à la Chambre des représentants le « caucus progressiste » dont la présidente partage avec elle au moins deux points communs : elle est évidemment très progressiste et elle s’est lancée en politique après les attentats du 11 Septembre. Pramila Jayapal, c’est un autre destin atypique (et finalement assez courant, aux États-Unis, surtout au sein de la gauche) : née à Madras, enfance en Indonésie et à Singapour, études supérieures (maîtrise à Georgetown, la prestigieuse université de Washington D.C.), emploi d’analyste financière puis virage vers le service public et enfin l’engagement citoyen puis la politique. Après les attentats du 11 Septembre, Pramila Jayapal créé, à 36 ans, Hate Free Zone (Zone libre de haine), qui défend le droit des immigrés et inflige un revers de taille à l’administration Bush qui tente d’expulser 4 000 Somaliens. En 2016, après avoir « fait » la campagne de Bernie Sanders pour la primaire démocrate, elle est élue députée de la circonscription qui englobe Seattle, dans l’État de Washington. À la tête du « Progressive Caucus », elle joue un rôle clé au sein de la coalition démocrate. Ce sous-groupe a été constitué en 1991 par six députés, dont un « petit nouveau » de 50 ans, fraîchement élu dans l’unique circonscription de l’État rural du Vermont, un certain Bernie Sanders. Aujourd’hui, le « Caucus progressiste », avec ses 96 députés, domine tous les autres « courants » politiques au sein du groupe démocrate, au diapason de l’évolution du centre de gravité démocrate (électeurs et élus) vers la gauche. On y retrouve des élus de 31 des 50 États du pays, loin du cliché des « leftists » cantonnés à quelques États côtiers.

Tous les députés de la ville de New York en font partie, pérennisant la réputation de cité progressiste parmi les cités progressistes de Big Apple. Fait nouveau, pourtant : la bataille ne se joue plus entre progressistes et « modérés », mais entre « progressistes » proches de l’establishment et outsiders de gauche, se définissant souvent comme socialistes démocratiques ou soutenus par des organisations telles que le DSA. À chaque cycle électoral, la balance penche un peu plus du côté de ces derniers. En 2018, « AOC » a battu Crowley, pas la peine d’y revenir. En 2020, Jamaal Bowman, un ancien proviseur de lycée, a balayé Eliot Engel, tandis que Ritchie Torres et Mondaire Jones, favorables eux aussi à la « doxa » sandernista (Green New Deal, Medicare for All, réforme de la police), tracent leur route vers le Capitole. Donc, la tête d’affiche 2022 : Maloney/Abdelhamid. Une confrontation sans round d’observation. La challenger ne ménage pas la sortante : « La députée Maloney est au Congrès depuis vingt-huit ans, soit avant ma naissance. Elle a eu presque trente ans pour apporter des changements dans notre circonscription et, pourtant, les problèmes auxquels nous devons faire face – des loyers qui explosent à la gentrification, en passant par la surprésence policière dans nos rues, l’insécurité alimentaire et les inégalités économiques – se sont aggravés. À la sortie des crises jumelles de la pandémie et de la récession, les New-Yorkais ne peuvent plus attendre plus longtemps d’avoir une représentante qui se bat pour eux. » La sortante ne riposte pas directement mais ses proches ont pris soin de créer un comité politique chargé de récolter de l’argent, beaucoup d’argent. Elle n’entend pas reproduire l’erreur de ses collègues qui ont pris de haut la « jeune garde ». Cette dernière investit également les échelons plus locaux de la vie politique : Julia Salazar, 30 ans, Jabari Brisport, 33 ans, Phara Souffrant Forrest, 32 ans, Zohran Madani, 29 ans, secouent le cocotier à Albany, la capitale de l’État, les deux premiers au Sénat d’État, les deux derniers à l’Assemblée d’État. Ils font cause commune avec des « non-socialistes » mais pro-Sanders comme Alessandra Biaggi, 35 ans, Le « Caucus socialiste » compte cinq membres. Du jamais-vu.

« New York est pionnier dans la renaissance du mouvement socialiste aux États-Unis », s’enflamme Jabari Brisport sur Twitter. Le « socialisme à la new-yorkaise » est, qui sait, une formule d’avenir. Michael Zweig ne dément pas : « L’énergie jeune du Parti démocrate est une énergie socialiste. » À bientôt 80 ans, cet universitaire, militant pacifiste et syndical, a suffisamment de bouteille pour à la fois reconnaître une énergie lorsqu’il en croise une et ne pas se raconter d’histoires. Pour preuve : « Nous ne visons pas pour autant des temps révolutionnaires, ajoute-t-il aussitôt. Rien de ce qui peut s’attaquer au capital ne peut réussir si la classe dirigeante n’est pas divisée. Si elle est unie, on perd. » Prendre un petit déjeuner avec Michael Zweig – notre rendez-vous traditionnel –, c’est toujours un mixte de dialectique et d’anecdotes significatives. Comme celle du premier cours après le 11 Septembre, alors qu’il enseignait l’économie à l’université Stony Brook : « Je ne pouvais évidemment pas faire comme si de rien n’était. J’ai demandé aux élèves ce qu’ils avaient envie de dire. Le premier a demandé quel impact cela aurait sur la Bourse. Le deuxième, sur l’économie. Une troisième s’est levée : “ Mon père est mort dans ces tours et vous me parlez du marché.” Elle est sortie. Cela a remis la conversation sur les rails, je dirais… »

Ou comme celle-ci : « C’était en février 2003. Bush s’apprêtait à envahir l’Irak. Une manifestation antiguerre était organisée à New York. Je me suis senti fatigué, alors on s’est assis dans un “diner ” comme celui dans lequel nous nous trouvons. Et on a continué à regarder passer le cortège. Cela a duré 1 h 45… 1 h 45… Je me souviens de ce slogan “Our grief is not a cry for war.” (Notre chagrin n’est pas un cri pour la guerre.) C’était très fort. » On le sait, l’appel est resté inentendu de la part de l’administration Bush mais aussi de « la moitié du Parti démocrate », comme le rappelle Todd Gitlin, sociologue et ancien président de l’organisation Students for a Democratic Society, fer de lance de la mobilisation contre la guerre du Vietnam. « New York est pourtant tout le temps restée réticente. » La première ville anti-guerre est aussi celle qui a claironné le retour de la gauche après les années sombres. On connaît le contre-argument : une espèce d’insularité politique de cette cité-monde, hier réticente au bushisme vengeur, aujourd’hui amourachée d’une sorte de « socialo-progressisme ». Maurice Mitchell conteste cette thèse. Ce fils d’immigrés caribéens, musicien à ses heures, de plus en plus comptées, occupe, depuis avril 2018, la fonction de directeur du Working Families Party, l’un des rares troisièmes partis qui pèse localement aux États-Unis. « New York représente une démonstration de ce qui est possible lorsque la gauche se concentre sur la construction patiente d’un pouvoir depuis le terrain jusqu’au sommet. La vague progressiste montante a commencé il y a bien des années. Si nous pouvons répliquer ce niveau de discipline et d’intensité dans d’autres États, nous avons clairement une voie pour une majorité progressiste durable en Amérique. C’est exactement ce que nous tentons de construire. » Dans sa phrase, il n’y a pas de « mais ». En revanche, il y a un « si », sur lequel appuie Michael Zweig : « J’attends de voir si une AOC peut gagner dans l’est du Kentucky… » Il se trouve que des socialistes se font élire à Détroit ou Saint-Louis. Certes, pas encore dans l’est du Kentucky.

La page du 11 Septembre est-elle tournée ? Appartient-elle à l’Histoire, comme le suggèrent Max Bergman et James Lamond, dans un article publié par le Center for American Progress, un think tank proche de l’establishment démocrate ? « Les événements d’il y a deux décennies ont eu une ombre portée sur l’Amérique, particulièrement sur sa politique étrangère. Tandis que la centralité du terrorisme dans le discours et la conscience politiques s’est affaiblie depuis quelque temps, le terrorisme en tant que sujet de débat a été largement absent de l’élection présidentielle de 2020. Des sujets comme le racisme systémique et la brutalité policière, des problèmes bien antérieurs au 11 Septembre, ont signé leur retour dans la conscience nationale avec le meurtre de George Floyd. La pandémie a exposé les contradictions profondes de l’ère post-11 Septembre. Tandis qu’il y a eu une expansion massive du pouvoir de l’État à travers l’armée, la police et les services de renseignements, il y a eu également un affaiblissement énorme dans la capacité du gouvernement à assurer le bien-être public. Les événements qui se sont déroulés aux États-Unis durant l’année écoulée ont clairement mis fin à cette ère », résument les deux auteurs. Une nouvelle ère s’ouvre incontestablement. Les annonces de Biden depuis son entrée en fonction témoignent de la puissance des demandes sociales dans un pays qui avait retrouvé son niveau d’inégalités sociales des années 1920 avant même la pandémie, mais presque tous les textes de loi se trouvent bloqués au Sénat. Le nouveau président et éternel centriste bouge car la réalité le lui commande et la gauche l’y contraint. Comme le titrait le magazine marxiste Jacobin dès janvier : « Si Joe Biden vire à gauche, vous pouvez remercier la gauche. » Cette dernière aura de moins en moins le visage de Bernie Sanders et de plus en plus celui d’Alexandria Ocasio-Cortez et de Rana Abdelhamid.

Christophe Deroubaix

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s