JOUR J, 19h. Le principal adversaire d’Obama ? L’abstention.

La mobilisation des électeurs « naturels » du parti démocrate, notamment les jeunes et les Latinos, constitue la clé du scrutin de ce mardi.

Selon David Paleologos, il y a une bonne nouvelle pour les démocrates : ils ont sous la main « une malle au trésor ». Il y en a une mauvaise, aussi : « La malle est cadenassée ». A l’intérieur : des millions de voix, largement assez pour assurer au président sortant un second mandat, à condition qu’il en trouve la clé. Voilà la conclusion du directeur du centre de recherche politique de l’Université de Suffolk qui a mené une étude auprès des électeurs qui se déclaraient, il y a quelques semaines, abstentionnistes. Ils sont au nombre de 90 millions sur un corps électoral de 235 millions. Les deux-tiers sont inscrits sur les listes électorales et huit sur dix pensent que le gouvernement joue un rôle important dans leur vie. Il ne s’agit donc pas de « pêcheurs à la ligne » désintéressés par la politique. Des déçus de l’ « obamisme », plutôt : membres des catégories populaires durement frappées par la crise, ces abstentionnistes potentiels sont d’abord et avant tout des électeurs d’Obama en 2008. D’ailleurs, s’ils devaient se déplacer, 43% disent qu’ils voteraient pour le président sortant, 18% pour son adversaire républicain. Au fond de la malle, se trouvent donc 22 millions de bulletins potentiels pour le candidat démocrate contre 11 pour son adversaire républicain… En 2008, Obama avait recueilli 69,5 millions de voix contre 60 pour McCain.

C’est le même paysage qui ressort d’une autre étude, signée celle-ci, du Pew Research Center (1). Barack Obama domine Mitt Romney chez les abstentionnistes : 59% contre 24%. Le profil de ces « obamistes abstentionnistes » est, ici, un peu plus creusé : il s’agit principalement de jeunes et de Latinos que l’organisme spécialisé dans les enquêtes d’opinions classe clairement à gauche de l’échiquier politique.

Ces deux enquêtes mettent en lumière la clé de ce scrutin : alors que l’attention médiatique se focalise sur les électeurs « indépendants », les stratèges démocrates savent qu’il faut convaincre les électeurs « naturels » du parti de l’âne de se déplacer, malgré les déceptions voire les désillusions. Ils le savent mais alors que le scrutin a débuté, aucun sondage ne montrait qu’ils avaient trouvé la clé de cette fameuse « malle au trésor ».

(1) Pour en savoir plus : http://www.people-press.org/2012/11/01/nonvoters-who-they-are-what-they-think/

Article publié dans l’Humanité du 5 novembre

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Direct

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s