Archives mensuelles : septembre 2021

À New York, la « génération 9/11 », plus rose que sombre

Bercés par la rhétorique de la « guerre des civilisations », ils auraient dû être nationalistes. Ils sont finalement progressistes, voire socialistes. Big Apple est l’épicentre d’une évolution profonde de la société américaine portée par une jeunesse diverse. (Article publié dans le hors-série de l’Humanité « Le monde 20 ans après. Que reste-t-il du 11 septembre? »)

New York, envoyé spécial.

Elle avait 7 ans, 4 mois et 5 jours. Un terrible drame venait de se produire. L’agitation et la stupéfaction de son entourage en étaient les plus sûrs indicateurs. Comme toute famille américaine, les Abdelhamid titubaient entre stupéfaction et incrédulité sidérée. S’ajoutait chez eux une autre peur : celle d’être pointés du doigt, désignés coupables, en tant que musulmans. Radios et télévisions commençaient à supputer que des Palestiniens pouvaient être à l’origine des attentats. Si ces allégations se révélaient exactes, ils deviendraient subitement moins américains que les autres, eux dont l’histoire était pourtant tellement américaine. C’est le père, né en Égypte, qui a d’abord débarqué à New York. Puis la mère l’a rejoint. C’était un 4 juillet, Independance Day, jour de la Fête nationale. « Le feu d’artifice est juste pour toi », lui a-t-il dit. Ils se sont installés dans un quartier où les connaissances et le réseau allaient faciliter leur intégration. Égyptiens, ils sont allés vivre à Little Egypt, comme avant eux les immigrés italiens avaient créé Little Italy et les Chinois, Chinatown. Ils allaient « travailler dur » – la devise nationale officieuse – dans le deli familial en plein milieu du Queens, sans doute le plus bigarré des « boroughs » de New York. En rentrant de l’école publique, leur enfant, Rana, passait toujours par l’épicerie parentale. Au soir du 11 Septembre, malgré l’effondrement des tours jumelles à 10 kilomètres plein ouest de là, rien n’avait pourtant vraiment changé dans la vie de Rana Abdelhamid.

C’est à partir du lendemain que son monde a commencé à évoluer. « C’est comme si j’étais devenue musulmane durant la nuit, se remémore-t-elle pour l’Humanité. Les enfants faisaient des blagues “terroristes” à l’école. Je me souviens avoir ressenti un profond sentiment d’isolement. » Dans le quartier aussi, tout avait changé du jour au lendemain. La gamine évolue « dans une atmosphère de peur ». « Nos mosquées et nos centres communautaires étaient surveillés par le NYPD (la police de New York – NDLR) et le FBI. » Même si New York a plutôt échappé à la transe nationaliste qui s’est emparée du pays après le 11 Septembre, aucun espace, ni aucune ville ne peut se soustraire à la mise en place d’un appareil de surveillance étatique.

C’est en 2009 que tout a vraiment basculé. Un jour comme un autre. Pas de ceux qui demeurent éternels dans les manuels d’histoire. La poussière – physique et politique – des attentats du 11 Septembre était pourtant retombée. Elle avait 16 ans. Dans la rue, un homme se jette sur elle et tente de lui arracher le voile qu’elle porte. Dans un premier temps, elle se tourne vers l’imam du Queens Community Center et lui propose un atelier d’autodéfense. Il l’éconduit. Qu’à cela ne tienne. « Cet incident m’a incitée à lancer mon association, Malikah, afin d’entraîner des milliers de femmes à travers le monde à l’autodéfense, de mobiliser contre les crimes haineux et de développer un travail de guérison émotionnelle. Mon militantisme a commencé à cause de mon identité de classe et mon identité ethno-religieuse dans le New York de l’après-11 Septembre », nous raconte-t-elle. Son militantisme se poursuit aujourd’hui dans le New York qui va commémorer les attentats parmi les plus stupéfiants de l’Histoire au moment où elle sort, hagarde, d’un autre drame, d’une autre nature : la pandémie.

Rana n’est plus une petite fille apeurée par le fracas du monde. Ni l’adolescente violentée qui entre en activisme. Elle est une femme qui veut siéger au Congrès des États-Unis. Son projet lui a valu plusieurs articles de presse, du New York Times au Guardian. Son « profil » attire l’attention. Pensez : ceinture noire de karaté (aboutissement de son travail personnel d’autodéfense), diplômée en relations internationales et économie du Middlebury College (où elle créa, avec d’autres étudiants, une section d’Amnesty International), puis titulaire de la bourse Harry Truman qui lui permet de suivre les cours de la célèbre Kennedy School of Government d’Harvard, où elle est désignée, en 2015, « star politique montante ». Un an plus tôt, elle a créé le projet sur les réseaux sociaux « Hijabs pour New York » afin « d’humaniser et diversifier les récits publics des femmes musulmanes portant le hijab ».

Il est de plus en plus courant que Rana Abdelhamid soit présentée comme la « future AOC » L’acronyme s’est imposé dans la vie politique des États-Unis : Alexandria Ocasio-Cortez. Les points communs sont nombreux : elles font partie de la même génération – les Millennials (nés entre 1981 et 1996) ; elles ont grandi dans des familles de la classe moyenne, poursuivi brillamment des études, investi le champ associatif et sont entrées en politique par la plus risquée des portes : défier un baron démocrate. Pour Rana Abdelhamid, ce sera plutôt une baronne : Carolyn Maloney, en l’occurrence, figure de l’establishment démocrate, élue depuis 1992 d’une circonscription qui court du très huppé Upper East Side de Manhattan aux quartiers « working class » du Queens. Justice Democrats – déjà à la manœuvre dans le coup magistral d’AOC en août 2 018 (à voir dans le documentaire « Cap sur le Congrès »), face à Joe Crowley, député depuis vingt ans et numéro 3 du groupe démocrate au Congrès à l’époque, a apporté son soutien à Rana, tout comme l’organisation Democratic Socialists of America, qui a le vent en poupe depuis plusieurs années. « AOC » en est membre, Rana également, mais avec une certaine distance. « Je me sens plus concernée par les idées et les politiques qui donnent du pouvoir à des communautés qu’à des labels, nous explique-t-elle. Nous avons des élus qui s’identifient comme des socialistes démocratiques, comme la députée Ocasio-Cortez, et se battent pour un monde où la santé, le logement et l’éducation sont considérés comme des droits humains fondamentaux, et je suis fière de me battre à leurs côtés car ce sont des valeurs que je partage. »

Si elle crée la sensation au printemps 2022, Rana Abdelhamid sera éluée députée en novembre de la même année (la 14e circonscription de New York vote massivement démocrate) et rejoindra à la Chambre des représentants le « caucus progressiste » dont la présidente partage avec elle au moins deux points communs : elle est évidemment très progressiste et elle s’est lancée en politique après les attentats du 11 Septembre. Pramila Jayapal, c’est un autre destin atypique (et finalement assez courant, aux États-Unis, surtout au sein de la gauche) : née à Madras, enfance en Indonésie et à Singapour, études supérieures (maîtrise à Georgetown, la prestigieuse université de Washington D.C.), emploi d’analyste financière puis virage vers le service public et enfin l’engagement citoyen puis la politique. Après les attentats du 11 Septembre, Pramila Jayapal créé, à 36 ans, Hate Free Zone (Zone libre de haine), qui défend le droit des immigrés et inflige un revers de taille à l’administration Bush qui tente d’expulser 4 000 Somaliens. En 2016, après avoir « fait » la campagne de Bernie Sanders pour la primaire démocrate, elle est élue députée de la circonscription qui englobe Seattle, dans l’État de Washington. À la tête du « Progressive Caucus », elle joue un rôle clé au sein de la coalition démocrate. Ce sous-groupe a été constitué en 1991 par six députés, dont un « petit nouveau » de 50 ans, fraîchement élu dans l’unique circonscription de l’État rural du Vermont, un certain Bernie Sanders. Aujourd’hui, le « Caucus progressiste », avec ses 96 députés, domine tous les autres « courants » politiques au sein du groupe démocrate, au diapason de l’évolution du centre de gravité démocrate (électeurs et élus) vers la gauche. On y retrouve des élus de 31 des 50 États du pays, loin du cliché des « leftists » cantonnés à quelques États côtiers.

Tous les députés de la ville de New York en font partie, pérennisant la réputation de cité progressiste parmi les cités progressistes de Big Apple. Fait nouveau, pourtant : la bataille ne se joue plus entre progressistes et « modérés », mais entre « progressistes » proches de l’establishment et outsiders de gauche, se définissant souvent comme socialistes démocratiques ou soutenus par des organisations telles que le DSA. À chaque cycle électoral, la balance penche un peu plus du côté de ces derniers. En 2018, « AOC » a battu Crowley, pas la peine d’y revenir. En 2020, Jamaal Bowman, un ancien proviseur de lycée, a balayé Eliot Engel, tandis que Ritchie Torres et Mondaire Jones, favorables eux aussi à la « doxa » sandernista (Green New Deal, Medicare for All, réforme de la police), tracent leur route vers le Capitole. Donc, la tête d’affiche 2022 : Maloney/Abdelhamid. Une confrontation sans round d’observation. La challenger ne ménage pas la sortante : « La députée Maloney est au Congrès depuis vingt-huit ans, soit avant ma naissance. Elle a eu presque trente ans pour apporter des changements dans notre circonscription et, pourtant, les problèmes auxquels nous devons faire face – des loyers qui explosent à la gentrification, en passant par la surprésence policière dans nos rues, l’insécurité alimentaire et les inégalités économiques – se sont aggravés. À la sortie des crises jumelles de la pandémie et de la récession, les New-Yorkais ne peuvent plus attendre plus longtemps d’avoir une représentante qui se bat pour eux. » La sortante ne riposte pas directement mais ses proches ont pris soin de créer un comité politique chargé de récolter de l’argent, beaucoup d’argent. Elle n’entend pas reproduire l’erreur de ses collègues qui ont pris de haut la « jeune garde ». Cette dernière investit également les échelons plus locaux de la vie politique : Julia Salazar, 30 ans, Jabari Brisport, 33 ans, Phara Souffrant Forrest, 32 ans, Zohran Madani, 29 ans, secouent le cocotier à Albany, la capitale de l’État, les deux premiers au Sénat d’État, les deux derniers à l’Assemblée d’État. Ils font cause commune avec des « non-socialistes » mais pro-Sanders comme Alessandra Biaggi, 35 ans, Le « Caucus socialiste » compte cinq membres. Du jamais-vu.

« New York est pionnier dans la renaissance du mouvement socialiste aux États-Unis », s’enflamme Jabari Brisport sur Twitter. Le « socialisme à la new-yorkaise » est, qui sait, une formule d’avenir. Michael Zweig ne dément pas : « L’énergie jeune du Parti démocrate est une énergie socialiste. » À bientôt 80 ans, cet universitaire, militant pacifiste et syndical, a suffisamment de bouteille pour à la fois reconnaître une énergie lorsqu’il en croise une et ne pas se raconter d’histoires. Pour preuve : « Nous ne visons pas pour autant des temps révolutionnaires, ajoute-t-il aussitôt. Rien de ce qui peut s’attaquer au capital ne peut réussir si la classe dirigeante n’est pas divisée. Si elle est unie, on perd. » Prendre un petit déjeuner avec Michael Zweig – notre rendez-vous traditionnel –, c’est toujours un mixte de dialectique et d’anecdotes significatives. Comme celle du premier cours après le 11 Septembre, alors qu’il enseignait l’économie à l’université Stony Brook : « Je ne pouvais évidemment pas faire comme si de rien n’était. J’ai demandé aux élèves ce qu’ils avaient envie de dire. Le premier a demandé quel impact cela aurait sur la Bourse. Le deuxième, sur l’économie. Une troisième s’est levée : “ Mon père est mort dans ces tours et vous me parlez du marché.” Elle est sortie. Cela a remis la conversation sur les rails, je dirais… »

Ou comme celle-ci : « C’était en février 2003. Bush s’apprêtait à envahir l’Irak. Une manifestation antiguerre était organisée à New York. Je me suis senti fatigué, alors on s’est assis dans un “diner ” comme celui dans lequel nous nous trouvons. Et on a continué à regarder passer le cortège. Cela a duré 1 h 45… 1 h 45… Je me souviens de ce slogan “Our grief is not a cry for war.” (Notre chagrin n’est pas un cri pour la guerre.) C’était très fort. » On le sait, l’appel est resté inentendu de la part de l’administration Bush mais aussi de « la moitié du Parti démocrate », comme le rappelle Todd Gitlin, sociologue et ancien président de l’organisation Students for a Democratic Society, fer de lance de la mobilisation contre la guerre du Vietnam. « New York est pourtant tout le temps restée réticente. » La première ville anti-guerre est aussi celle qui a claironné le retour de la gauche après les années sombres. On connaît le contre-argument : une espèce d’insularité politique de cette cité-monde, hier réticente au bushisme vengeur, aujourd’hui amourachée d’une sorte de « socialo-progressisme ». Maurice Mitchell conteste cette thèse. Ce fils d’immigrés caribéens, musicien à ses heures, de plus en plus comptées, occupe, depuis avril 2018, la fonction de directeur du Working Families Party, l’un des rares troisièmes partis qui pèse localement aux États-Unis. « New York représente une démonstration de ce qui est possible lorsque la gauche se concentre sur la construction patiente d’un pouvoir depuis le terrain jusqu’au sommet. La vague progressiste montante a commencé il y a bien des années. Si nous pouvons répliquer ce niveau de discipline et d’intensité dans d’autres États, nous avons clairement une voie pour une majorité progressiste durable en Amérique. C’est exactement ce que nous tentons de construire. » Dans sa phrase, il n’y a pas de « mais ». En revanche, il y a un « si », sur lequel appuie Michael Zweig : « J’attends de voir si une AOC peut gagner dans l’est du Kentucky… » Il se trouve que des socialistes se font élire à Détroit ou Saint-Louis. Certes, pas encore dans l’est du Kentucky.

La page du 11 Septembre est-elle tournée ? Appartient-elle à l’Histoire, comme le suggèrent Max Bergman et James Lamond, dans un article publié par le Center for American Progress, un think tank proche de l’establishment démocrate ? « Les événements d’il y a deux décennies ont eu une ombre portée sur l’Amérique, particulièrement sur sa politique étrangère. Tandis que la centralité du terrorisme dans le discours et la conscience politiques s’est affaiblie depuis quelque temps, le terrorisme en tant que sujet de débat a été largement absent de l’élection présidentielle de 2020. Des sujets comme le racisme systémique et la brutalité policière, des problèmes bien antérieurs au 11 Septembre, ont signé leur retour dans la conscience nationale avec le meurtre de George Floyd. La pandémie a exposé les contradictions profondes de l’ère post-11 Septembre. Tandis qu’il y a eu une expansion massive du pouvoir de l’État à travers l’armée, la police et les services de renseignements, il y a eu également un affaiblissement énorme dans la capacité du gouvernement à assurer le bien-être public. Les événements qui se sont déroulés aux États-Unis durant l’année écoulée ont clairement mis fin à cette ère », résument les deux auteurs. Une nouvelle ère s’ouvre incontestablement. Les annonces de Biden depuis son entrée en fonction témoignent de la puissance des demandes sociales dans un pays qui avait retrouvé son niveau d’inégalités sociales des années 1920 avant même la pandémie, mais presque tous les textes de loi se trouvent bloqués au Sénat. Le nouveau président et éternel centriste bouge car la réalité le lui commande et la gauche l’y contraint. Comme le titrait le magazine marxiste Jacobin dès janvier : « Si Joe Biden vire à gauche, vous pouvez remercier la gauche. » Cette dernière aura de moins en moins le visage de Bernie Sanders et de plus en plus celui d’Alexandria Ocasio-Cortez et de Rana Abdelhamid.

Christophe Deroubaix

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

« Les réactions de l’administration Bush ont affaibli la position américaine qu’elle prétendait restaurer »

Entretien avec Philip Golub, professeur de relations internationales à l’Université américaine, la crise de légitimité des États-Unis prend sa source dans une politique impériale qui a finalement fait perdre au pays son leadership. (Entretien publié dans le hors-série de l’Humanité « Le monde 20 ans après. Que reste-t-il du 11 septembre? »)

Avec le recul de l’histoire ou tout au moins de vingt ans d’histoire, que peut-on dire de l’impact du 11 Septembre sur la politique de la puissance américaine ou de ce que vous appelez le « système impérial » ?

Philip Golub. Il y a eu des effets immédiats et des effets à moyen terme. L’événement a d’abord souligné une certaine forme de vulnérabilité du pays à des attaques de type asymétrique et a donc poussé l’État américain à reconcevoir la nature des conflits dans le monde contemporain. Dans ce cadre, il y a eu une réévaluation, en partie, de ce que voulait dire l’action internationale de sécurité qui s’est focalisée de plus en plus, à partir de ce moment-là, dans des opérations ouvertes et clandestines soit contre des acteurs terroristes transnationaux privés, soit des États dont les États-Unis pensaient qu’ils faisaient partie du problème souligné par le 11 Septembre.

Au-delà de ce constat, il y a eu effet externe. Les néoconservateurs et ultranationalistes qui composaient l’administration W. Bush ont tenté de saisir l’événement pour consolider la position des États-Unis dans un monde qu’ils pensaient être, à l’époque, unipolaire. Nous sommes dix ans après la fin de la guerre froide. Selon l’expression de Condoleezza Rice, conseillère à la sécurité nationale de W. Bush, le 11 Septembre ouvrait la possibilité de changer la donne mondiale puisque les « plaques tectoniques » – c’était son expression – bougeaient. L’idée dominante au sein de cette administration était donc de saisir cette opportunité pour imposer une vision unipolaire et impériale. D’où, en 2003, la guerre en Irak, pays qui n’était pas directement lié au 11 Septembre, mais faisait partie des réponses apportées par l’administration Bush au mouvement des plaques tectoniques. On sait très bien ce qui s’est passé. Rétrospectivement, on peut dire que cet effort relevait d’un mélange d’hubris et d’une erreur intellectuelle profonde. Car les réalités du monde allaient dans un sens différent. Les réactions de l’administration Bush ont, en fait, affaibli la position américaine qu’elle prétendait restaurer. La crise de légitimité ouverte par l’invasion de l’Irak a duré assez longtemps et elle n’est même pas tout à fait résorbée aujourd’hui, malgré les tentatives de Barack Obama de restaurer la crédibilité.

Le 11 Septembre, en tant que tel, ne représente pas un moment d’inflexion décisive de la politique étrangère des États-Unis. Il est décisif du fait de la réaction de cette administration. Objectivement, l’attaque terroriste n’a pas fait basculer les rapports de forces internationaux. Je ne sais même pas si elle est révélatrice d’une vulnérabilité. Les États-Unis étaient déjà vulnérables avant sur le plan nucléaire, comme tous les pays du monde, d’ailleurs.

En annonçant le retrait des troupes américaines vingt ans jour pour jour après le 11 septembre 2001, Joe Biden tente-t-il de solder cette crise de légitimité déclenchée par les guerres de Bush que vous décrivez comme toujours pas résorbée aujourd’hui ?

Philip Golub. C’est une guerre longue. Pas de grande intensité, mais longue. Le constat a été dressé depuis Obama de l’incapacité de la présence américaine à modifier les rapports de forces dans le pays. Mais des questions se posaient dans les deux cas : rester pour quoi faire ? Partir pour quoi faire ? Il n’y avait pas de bonne solution pour finir cette guerre. La situation est différente en Irak, plus sensible au plan stratégique en raison du voisinage avec l’Iran et de l’influence de ce pays en Irak même, ce qui explique la présence maintenue de conseillers américains ainsi que la volonté de maintenir une influence auprès du gouvernement irakien.

Les États-Unis, comme d’autres pays, utiliseront sans doute la force pour régler certaines crises. Mais l’impossibilité de reconfigurer politiquement le monde par la force est actée après ces vingt ans de guerre en Afghanistan. La décision de Joe Biden s’avère donc rationnelle. D’autant que l’opinion américaine ne veut plus de ces trop longues guerres qui ne produisent pas d’effets probants ni pour la société américaine ni pour les pays en question.

Concernant la crise de légitimité, j’ajoute un élément. Les États-Unis avaient la possibilité en 1991 de réinstitutionnaliser le monde, de faire ce qui avait été fait en 1945 : la grande scission du monde bipolaire terminée, il était temps de renforcer les institutions internationales, leur légitimité et d’en approfondir les pouvoirs au travers du droit international. En quelque sorte de créer un nouvel ordre institutionnel mondial. Et j’insiste sur le mot « institutionnel. »

Au moment de la chute de l’URSS, il y a eu, à ce moment-là, un vide de la pensée des élites américaines qui s’est traduit ensuite par ces aventures militaires tentant d’imposer l’hégémonie plutôt que de construire un monde plus juste. La faute majeure se trouve là. Les élites américaines se sont contentées de la perspective de la célébration de ce qu’ils considéraient comme une victoire. C’était la fin de l’Histoire et les États-Unis avaient triomphé. Il y a eu une profonde méprise sur la nature du monde d’après 1991, qui s’est traduite notamment par l’absence d’effort nécessaire pour intégrer la Russie dans une nouvelle construction institutionnelle mondiale. In fine, la crise de légitimité vient de là. De l’échec d’une politique impériale qui a finalement fait perdre aux États-Unis leur leadership.

L’échec des guerres de Bush a-t-il précipité l’idée parmi les élites américaines qu’il fallait pivoter vers l’Asie, et notamment la Chine, ce que Barack Obama décide de faire à partir de 2011 ?

Philip Golub. Au moment même où la montée en puissance (économique, politique, militaire) de la Chine devient de plus en plus évidente, il y a une prise de conscience croissante au sein de l’appareil d’État américain que le Moyen-Orient et le Golfe absorbaient toutes les énergies américaines, à la fois économiques, mais aussi en termes de prestige. Le pivot de 2011 fait suite à une série de reconsidérations des objectifs américains dans le monde. La Chine de 2010 n’est pas celle de 1992. La compréhension se fait alors jour que les politiques industrielles, dirigées par un État développeur, qui n’est pas sans rappeler ce qu’a fait le Japon après-guerre, sont couronnées de succès et permettent une montée en puissance de la Chine sur la scène internationale. Cette situation pousse les États-Unis à vouloir sortir du Moyen-Orient, même si celui-ci ne disparaît évidemment pas des radars.

Comme l’ont prouvé les événements qui se sont déroulés en Israël et Palestine en mai et juin derniers. On a l’impression que Biden ne voulait pas s’en mêler et renoncer à une forme de leadership.

Philip Golub. Le Moyen-Orient a cette très fâcheuse habitude de s’inviter constamment dans la politique américaine. Les États-Unis ne peuvent pas se retirer, se désimbriquer unilatéralement de cette région. Ils aimeraient que cette dernière n’absorbe pas le temps et l’énergie qui devraient être portés ailleurs. Le problème pour Washington, c’est qu’il doit compter sur des alliés dociles, des ennemis déclarés (comme l’Iran), et des alliés indociles, à la façon du gouvernement Netanyahou à l’égard des administrations américaines disons raisonnables. De ce point de vue, Trump s’est inscrit en porte-à-faux avec la tradition des États-Unis qui a été de toujours soutenir Israël sans jamais totalement donner carte blanche. Avec Biden, on se retrouve dans une situation plus classique où les États-Unis ne veulent pas qu’Israël déclenche des feux dans la région par une colonisation accrue et une répression renforcée des Palestiniens. Les États-Unis se retrouvent là en position de médiateur discret afin d’essayer au moins de stabiliser la situation et ne se trouvent pas dans la possibilité de pouvoir imposer une paix.

En 2011, après la sortie de votre livre, vous qualifiez les États-Unis de « géant impuissant ». Le constat vaut toujours ?

Philip Golub. Au Moyen-Orient, les États-Unis sont toujours un « géant impuissant », mais pas sans capacité d’intervention. Dans le reste du monde, c’est un géant qui est un peu moins géant aujourd’hui du fait de l’évolution du rapport de forces. La suprématie militaire américaine, absolument incontestable, ne se traduit pas facilement au niveau politique et diplomatique. La puissance militaire ne résout pas tout. Elle ne donne pas les outils politiques qui permettent de choisir le déroulement des choses. Encore faudrait-il qu’il y ait une politique générale qui dise ce qu’il faut faire de la puissance. On en revient au vide de la pensée de l’après-guerre froide. Que faire de la puissance ? La question est toujours d’actualité.

Vous évoquiez le refus de l’opinion publique américaine des aventures militaires. Vingt ans après le 11 Septembre, quel regard portez-vous sur l’évolution de votre pays ?

Philip Golub. Je ne suis pas sûr que je partirais du 11 Septembre pour répondre à ces questions. Pour ce qui me concerne, les évolutions de ces dernières années tiennent à trois séries de luttes et de transformations sociales.

La première a trait aux inégalités sociales. Les États-Unis sont devenus au cours des quarante dernières années le pays dit développé, le pays le plus inégalitaire. L’administration Obama n’a pas fait ce qu’il fallait faire pour établir un minimum d’équité. Avec Trump, on était sous une forme de ploutocratie. Avec la nouvelle administration, on assiste à un effort qui unit les démocrates traditionnels et l’aile progressiste dont une partie du programme est reprise par Biden. C’est un effort réel de restauration d’équité sociale. Biden lie lui-même cette question-là aux enjeux internationaux, en affirmant que c’est en trouvant des solutions internes que l’on restaurera la puissance américaine dans le monde.

Deuxième problème, historique, plus long, plus ancré, qui vient en intersection du premier problème : la « question raciale ». Il y a eu quelques progrès, certes, mais on reste en deçà de ce que l’on aurait pu attendre après le mouvement des droits civiques. Une grande partie des Noirs souffrent encore d’une très grande vulnérabilité économique et sociale, de répression continue de la part des forces de sécurité. Cette question touche à la fois à la « classe » et à la « race », puisque les Afro-Américains sont surreprésentés parmi les couches sociales vulnérables du pays. Troisième question : le genre. Ce n’est pas une question nouvelle, mais cela devient un enjeu de plus en plus central dans la société américaine. Ces trois enjeux sont fondamentaux pour que les États-Unis avancent dans une voie progressiste. Il y a une résistance à cette avancée progressiste. Le phénomène Trump peut être interprété comme un symptôme : celui d’une réaction (dans le sens originel du terme) d’une arrière-garde toujours puissante, d’une minorité importante, mais non dominante, de la société américaine blanche concentrée dans le sud et l’ouest du pays contre la transformation démographique multinationale qui transforme le pays en profondeur et qui le transformera encore plus dans les dix à quinze ans à venir. La résistance virulente face à ces changements reflète la crainte de la perte de couches importantes de la population de leur hégémonie historique, culturelle et raciale qui explique en partie la violence autour du débat racial.

J’ai été positivement surpris par les orientations plus progressistes que je ne l’aurais pensé de la part de l’administration Biden. La question est : est-ce que c’est durable ? La position des États-Unis dans le monde dépend, en partie, de la résolution de ces grands enjeux à l’intérieur du pays.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé