Archives mensuelles : avril 2021

Derek Chauvin condamné, « un tournant dans l’Histoire »

Par décision unanime d’un jury populaire, le policier a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd. Grâce notamment au mouvement Black Lives Matter, le climat n’est plus à l’impunité. (Article publié dans l’Humanité du 22 avril 2021.)

«Coupable. » Il n’a fallu qu’une dizaine d’heures de délibération au jury pour rendre le verdict : Derek Chauvin est jugé « coupable » des trois chefs d’inculpation (meurtre au deuxième degré, meurtre au troisième degré et homicide involontaire) pour lesquels il comparaissait. Onze mois après la mort de George Floyd sous le genou de ce policier blanc de 45 ans, c’est « une victoire pour la justice », s’est félicitée la famille de la victime, tandis que le verdict était accueilli par une explosion de joie de la foule massée devant le tribunal.

Les 12 jurés – 7 femmes et 5 hommes – ont donc suivi les conclusions du procureur. « Cette affaire est exactement ce à quoi vous avez pensé au départ, en regardant cette vidéo, a lancé, lundi, Steve Schleicher dans son réquisitoire. C’était un meurtre, l’accusé est coupable des trois chefs d’accusation et il n’y a aucune excuse. (George Floyd​​​​​​​) a appelé à l’aide dans son dernier souffle, mais l’agent ne l’a pas aidé, (Derek Chauvin) est resté sur lui. » Au cours des trois semaines du procès, l’avocat de la défense avait tenté d’instiller le doute en arguant que George Floyd avait succombé à un abus de drogue.

Aux États-Unis, l’unanimité des 12 jurés est requise pour obtenir un verdict. Il suffisait donc d’un seul récalcitrant à l’évidence pour faire annuler le procès. Lorsque le tribunal a annoncé mardi soir que le jury avait rendu son verdict, au lendemain des réquisitoires, le doute n’était guère permis sur l’issue, un temps de délibération très rapide étant presque toujours de bon augure pour l’accusation. Derek Chauvin a été menotté et emmené en prison. Le juge, Peter Cahill, doit prononcer la sentence dans les deux mois qui viennent. L’ancien policier encourt au minimum douze ans et demi de prison. Le magistrat a toute latitude pour aggraver la peine s’il conclut à l’existence de circonstances aggravantes.

« C’est une victoire pour ceux qui luttent pour la justice contre l’injustice », s’est félicité l’avocat Ben Crump, entouré de la famille Floyd, concluant : « Nous quittons Minneapolis en sachant que l’Amérique est meilleure. » « Nous avions besoin d’une victoire dans ce dossier, c’était très important et nous l’avons eue, a confié à l’AFP Rodney Floyd, un des frères de la victime. Nous allons peut-être respirer un peu mieux maintenant. » Une référence aux derniers mots de son frère qui, sous le joug de Derek Chauvin, avait supplié : « Je ne peux pas respirer. » Cette expiration était devenue ensuite un slogan lors des immenses manifestations qui se sont déroulées aux États-Unis, « le plus important mouvement social de l’histoire du pays », selon l’historien Pap Ndiaye. Jamais autant de personnes ne s’étaient mobilisées dans autant de villes autour d’une cause commune : celle de la dénonciation des meurtres policiers et du racisme systémique.

Ce n’est pas seulement la masse des personnes mobilisées qui a fait évoluer le débat public outre-Atlantique mais également la teneur de leur message. « On est sur de l’antiracisme politique, pas sur une question morale de bien, de mal ou de bonne volonté », constatait, quelques semaines à peine après le déclenchement du mouvement, Charlotte Recoquillon, chercheuse à l’Institut français de géopolitique, dans un entretien à l’Humanité L’empreinte de Black Lives Matter sur l’évolution des mentalités est désormais indélébile. Elle a permis d’instaurer un nouveau climat idéologique dans lequel il devient plus difficile, si ce n’est impossible, de trouver des circonstances atténuantes ou de « blanchir » des policiers. « Ce verdict est un tournant dans l’Histoire », estime Ben Crump.

Fait exceptionnel, le président des États-Unis, après avoir téléphoné à la famille de la victime, a prononcé un discours officiel. « Le verdict de culpabilité ne fera pas revenir George », a-t-il déclaré, dénonçant le racisme qui « entache » l’âme de l’Amérique. Joe Biden et de nombreux élus démocrates veulent y voir le signe d’un « changement significatif ». Quelques heures avant le verdict, une adolescente noire de 16 ans était tuée par la police dans l’Ohio, terrible symbole du chemin restant à parcourir.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

En Géorgie, l’heure de la purge électorale

Quelques mois après la victoire surprise de Joe Biden dans cet État sudiste, le parti de Trump a voté une loi qui restreint le libre exercice du droit de vote. (Article publié dans l’Humanité du 20 avril 2021.)

Jerome avait prévenu sa grand-mère LaToya : il vaudrait mieux s’y prendre autrement. Mais la vieille dame avait refusé de se départir de cette habitude prise depuis la première fois qu’elle avait pu glisser un bulletin dans une urne, après l’établissement des droits civiques dans les années 1960 : elle irait voter le jour J, le mardi qui suit le premier lundi de novembre. « Grandma, il va y avoir du monde, beaucoup de monde. Tu n’es plus toute jeune. Et tu as vu ce temps anormalement chaud et humide ? Vote avant. Vote par correspondance », avait plaidé le jeune homme. En vain. Il ne croyait pas si bien prévenir : quatre à sept heures d’attente dans ce bureau du centre-ville d’Atlanta. LaToya, qui, dans sa prime jeunesse, avait entendu les derniers sermons de Martin Luther King à l’Ebenezer Church, n’allait pas se décourager. Après cinq heures d’attente, les provisions d’eau s’étant retrouvées épuisées, une militante de Fair Fight, la plus grande organisation de droits civiques de l’État, s’approcha alors pour lui apporter une bouteille. Mais elle vit son chemin barré par un policier : « Madame, vous ne pouvez pas donner une bouteille d’eau. C’est la loi qui considère cela comme un crime. »

Cette scène est fictive mais pas irréaliste. Au creux des 98 pages de la nouvelle loi électorale récemment votée par la majorité républicaine des assemblées locales de Géorgie se trouve l’interdiction de distribution d’eau et de nourriture par des non-officiels. Il s’agit de la clause qui a fait le plus grand bruit, tant son caractère stupide apparaît évident, mais elle a le même objectif que des dizaines d’autres : décourager, via des mesures très ciblées, les électeurs démocrates de voter. Cette loi limite drastiquement le vote par correspondance, qui s’est révélé être le moyen privilégié d’expression électorale des électeurs démocrates, en réduisant la période du vote, en multipliant le nombre de pièces à produire, en diminuant le nombre de boîte aux lettres (de 94 à 23 dans la métropole d’Atlanta, place forte des démocrates) pour les poster et en interdisant les véhicules itinérants conduits par des fonctionnaires assermentés pour recueillir ces mêmes bulletins.

Elle restreint également la possibilité du « early voting », le vote anticipé autorisé dans la plupart des États. Comme les électeurs sont appelés aux urnes un mardi, une journée qui n’a jamais été déclarée fériée, une pratique ancienne favorise le vote avant l’heure. Désormais, les horaires des centres de vote ne sont plus libres : ils correspondent à ceux des bureaux, alors qu’ils sont censés faciliter le vote des salariés. De même l’obligation d’ouvrir le dimanche est abandonnée, laissant aux comtés le soin de décider : à n’en pas douter, ceux dirigés par les républicains n’ouvriront pas le dimanche, sapant la tradition des paroissiens des églises africaines-américaines d’aller voter après la messe.

Enfin, et surtout, ce texte transfère les pouvoirs électoraux du « secrétaire d’État » à l’assemblée locale. Lors de la dernière élection présidentielle, le titulaire de la première charge, pourtant élu républicain, un certain Brad Raffensperger, avait refusé de céder à l’injonction de Donald Trump : « trouver » les bulletins suffisants pour rattraper l’avance de 11 779 voix dont disposait Joe Biden. Pourtant, en 2018, le gouverneur républicain, Brian Kemp, avait fait radier 800 000 électeurs, principalement issus des minorités et des milieux populaires, des registres électoraux. Avec le Senate Bill 202, les républicains de Géorgie s’accordent les pouvoirs légaux pour réaliser en 2024 ce qui était illégal en 2020 : « voler » l’élection.

Depuis le début de l’année, les élus du GOP (Grand Old Party) ont présenté 361 projets de loi dans 47 États. La plus grande leçon tirée par les républicains après le revers de Donald Trump – leur septième défaite en nombre de voix en huit scrutins présidentiels depuis 1992 – se résumerait ainsi à la façon de Brecht : les Américains votent mal, changeons leur vote. Ou plus précisément : empêchons les démocrates de voter. « Comme ils ne peuvent pas identifier précisément l’affiliation partisane de chacun, ils utilisent l’affiliation ethno-raciale, décrypte, pour l’Humanité, Olivier Richomme, maître de conférences à l’université Lyon-II. Puisque les Africains-Américains votent à 90 % pour les démocrates, les républicains n’ont aucun intérêt à les voir voter. Il en va de même pour les Latinos, les jeunes et surtout les étudiants. » Exemple type : au Texas, on peut voter avec un permis de port d’armes périmé mais pas avec une carte d’étudiant en cours de validité.

La loi votée en Géorgie a soulevé une vague d’opposition à laquelle les républicains ne s’attendaient sûrement pas. Même les multinationales Delta et Coca – dont le siège se trouve à Atlanta – ont été contraintes de s’y opposer. Une forme de boycott sportif et culturel se met en place : la ligue de base-ball a déplacé la finale de son All Star d’Atlanta à Denver, tandis que l’acteur Will Smith a annoncé qu’il ne tournerait pas, comme prévu, son prochain film, Emancipation, ​​​​​​​en Géorgie. À tous, Stacey Abrams, la figure démocrate la plus populaire de l’État, candidate au poste de gouverneure en 2018, a lancé : « Restez et luttez. »

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Le néolibéralisme n’est plus prophète en son pays

Dans un contexte d’explosion des inégalités et de poussée de la gauche, l’administration Biden veut lancer un plan d’investissements publics et augmenter la fiscalité des multinationales et des plus riches. (Article publié dans l’Humanité du 12 avril 2021.)

« Je veux changer le paradigme. » Le 25 mars, lors de sa première conférence de presse, Joe Biden a répété cette phrase à trois reprises. Sans donner beaucoup de substance à cette ambition, si ce n’est : « Je veux faire avancer les choses. » Des « choses » avaient déjà avancé dans l’immense plan de sauvetage de 1 900 milliards de dollars (1  600 milliards d’euros) adopté ce même mois par le Congrès, avec des mesures d’aide aux familles et aux chômeurs. Mais, quelques jours plus tard, c’est un plan d’une autre nature que dévoilait le 46e président des États-Unis : il ne s’agit plus, ici, de relancer l’économie par la consommation, mais d’investir durablement dans les infrastructures, avec 2 000 milliards dans une première phase (potentiellement autant dans une seconde), étalée sur huit ans, avec un financement partiel par l’augmentation de l’impôt sur les sociétés de 21 à 28 %. Enfin, Janet Yellen, la ministre de l’Économie et des Finances, annonce, début avril, que Washington propose au G20 d’instaurer un impôt minimum mondial sur les multinationales.

Investissements publics, augmentation de la fiscalité des entreprises : l’American Jobs Plan comme « l’impôt mondial » contreviennent à deux des principaux commandements de la bible néolibérale. S’agit-il juste d’une adaptation à des temps de crise ? D’un coup d’arrêt ? D’un tournant ? Serait-ce cela, le « paradigme » à changer ? Pour le New York Times, la réponse coule de source : « Dans ce processus, (le président) mine le centrisme néolibéral qu’il a travaillé à consacrer il y a plus de quatre décennies en tant que jeune sénateur des années Nixon et Carter. » Interrogé par le quotidien new-yorkais, l’historien Rick Perlstein abonde : « C’est une histoire intéressante. L’histoire de le voir tourner le dos à une direction idéologique qu’il a conduit le Parti démocrate à prendre. » Le « grand virage » est également l’hypothèse de Doug Sosnik, cité par le magazine The New Yorker. L’homme est l’ancien directeur politique de Bill Clinton. C’est dire s’il en connaît un rayon en matière de conversion des démocrates au néolibéralisme ! Pour lui, le verdict est sans appel : « Ils (l’équipe Biden – NDLR) avancent la proposition que la politique de l’ère Reagan est terminée. »

Un autre ancien de l’administration Clinton se montre un peu moins convaincu par cette soudaine conversion. Il s’agit de Robert Reich, ancien ministre du Travail. Économiste réputé, il est désormais l’une des voix les plus audibles de la gauche intellectuelle. « Pourquoi Biden ne revendique-t-il pas ces initiatives pour ce qu’elles sont – de larges investissements publics dans l’environnement, pour la classe ouvrière et les pauvres –, plutôt que de parler de chèques d’aide et de réparation de route ? Pourquoi ne pas remuer l’Amérique avec une vision de ce qu’une nation doit être, s’il s’agit réellement de troquer la fraude de la théorie du ruissellement pour une authentique croissance-innovation venant du bas ? »

L’absence de revendication idéologique serait donc le signe d’absence de volonté politique ? Ce plan ne serait-il que « pragmatique » ? « C’est un aspect des choses, souligne, pour l’Humanité, John Mason, professeur de sciences politiques à l’université William-Paterson (New Jersey). D’un côté, toute une série d’actions, comme la création d’allocations familiales, visent à rattraper le retard du pays par rapport aux autres pays qui ont institué l’État providence. De l’autre côté, le niveau des inégalités est devenu tellement insupportable qu’il fallait redistribuer les cartes. On parle ici d’un “redémarrage keynésien”. » Joe Biden se pique d’ailleurs de discussions avec des historiens sur les héritages de Franklin Delano Roosevelt et Lyndon Johnson, les deux grands présidents démocrates réformateurs de l’ère du New Deal. Chroniqueur au New York Times, prix Nobel d’économie et grande figure du keynésianisme américain, Paul Krugman donne crédit au « reset » : « Le plan représente une sortie de l’extrémisme du libre marché, qui a dirigé la politique américaine ces dernières années, pour revenir à une tradition plus ancienne – la tradition qui a prévalu durant les années des plus grands succès économiques. » Et de conclure de l’une de ses formules tranchantes : « Les “bidenomics” sont aussi américains que l’apple pie. » Les États-Unis ont en effet été pionniers dans la progressivité de l’impôt sur le revenu (93 % dans les années 1950) et dans l’instauration d’un État providence, au demeurant imparfait en l’absence d’un système universel public de santé.

Mais suffit-il de revenir à la recette de l’avant-« révolution conservatrice » pour clore le chapitre de celle-ci ? L’économiste marxiste Richard Wolff ne donne aucun crédit à cette thèse. « Après quarante années de redistribution des richesses du bas vers le haut, ponctuées par la réforme fiscale de 2017 et de boom continu des marchés depuis les années 1980, tout ce que Biden fera contre cela sera un pas dans la bonne direction. Mais notre niveau jamais atteint d’inégalités a besoin d’une action en profondeur. Pour l’instant, rien de ce qui a été proposé ne correspond à cela », a-t-il réagi au micro de la radio KFPA. Si la gauche organisée s’accorde le crédit de ces évolutions (« Si Joe Biden vire à gauche, vous pouvez remercier la gauche », titrait, dès janvier, le magazine marxiste Jacobin), elle insiste, notamment par la voix d’Alexandria Ocasio-Cortez, que la situation nécessite d’aller plus loin, en termes à la fois d’investissement, de fiscalité et de réforme structurelle. Afin de vraiment changer de « paradigme ».

Poster un commentaire

Classé dans Non classé