Archives mensuelles : février 2021

« Si Joe Biden vire à gauche, vous pouvez remercier la gauche »

Le climat politique dans lequel le nouveau président a pris ses fonctions diffère de celui des années Obama. Entre-temps, les campagnes de Bernie Sanders et les mouvements sociaux ont modifié le rapport de forces. (Article publié dans l’Humanité du 23 février 2021.)

Personne n’en attendait ­réellement autant. Depuis son entrée dans le bureau ovale, Joe Biden a annoncé nombre de mesures clairement progressistes (1). Les premiers pas du 46e président des États-Unis s’écartent du milieu de la chaussée où il avait évolué durant toute sa carrière, depuis sa première élection au Sénat en 1972. Que s’est-il donc passé pour qu’un bon vieux centriste opposé, dans les années 1970, au « busing » (organisation des transports scolaires afin d’assurer la mixité sociale dans les écoles) et au financement fédéral de l’avor­tement, puis durant la décennie suivante, soutien des politiques de réductions massives d’impôts de Ronald Reagan et enfin rédacteur de l’ultra­répressive Crime Bill de 1994, connaisse une épiphanie progressiste à presque 80 ans ?

Le magazine marxiste ­Jacobin a son idée, toute contenue dans le titre d’un article signé Liza Featherstone : « Si Joe Biden vire à gauche, vous pouvez remercier la gauche. » L’approche de John Mason est assez voisine. Lors d’un webi­naire organisé par la Fondation Gabriel-Péri, il y a quelques semaines, ce ­professeur de sciences ­politiques à l’université ­William-Paterson (New Jersey) a formulé l’hypothèse suivante : « Si Joe Biden est un centriste, cela veut dire qu’il suit le centre de gravité de son parti. Quand celui-ci évolue à gauche, il suit. » De fait, le programme de Joe Biden durant les primaires démocrates se situait plus à gauche que celui de Clinton en 2016 qui, lui-même, était plus à gauche que celui d’Obama en 2008.

Si aucune figure de gauche n’a trouvé sa place au sein de l’administration Biden, bien que des élus réellement progressistes y ont été nommés (Marcia Fudge au Logement, Deb Haaland à l’Intérieur, Xavier Becerra à la Santé), les trente premiers jours du président Biden – en partie encombrés par le deuxième procès raté en destitution de ­Donald Trump – n’en ont pas moins surpris par leur audace, au moins au regard du ­pedigree du bonhomme. « Biden n’était pas notre candidat rêvé. Il n’est pas notre président rêvé. Mais ce n’est pas une question de goût, mais de politiques, constate Ethan Earle, consultant ­politique. La gauche a trop souvent des difficultés à reconnaître ses propres victoires. Il faut donc qu’elle revendique le crédit des concessions arrachées à l’administration ­Biden. »

Aucune des mesures annoncées par Joe Biden n’est susceptible de lui coûter ­politiquement : elles sont devenues populaires au fil de la décennie écoulée. Occupy Wall Street (OWS), déclenché en septembre 2011, peut être considéré comme le point de départ de ce mouvement. Quelques mois plus tard, lors d’un « Left Forum » à New York, devant une assistance mi-médusée, mi-irritée, le cinéaste Michael Moore avait lancé : « Nous avons fait la part la plus difficile du travail : être majoritaires dans les esprits. »

« Voilà ce qui s’est passé, résume Bennett Carpenter, animateur du mouvement progressiste Durham for All, en Caroline du Nord. En 2011, Occupy s’est soulevé pour protester contre les inégalités économiques. En 2013, Black Lives Matter (BLM) a relancé le combat contre le racisme systémique. En 2016, la candidature de Bernie Sanders a dynamisé la gauche électorale et socialiste. Et puis il y a eu le mouvement Fight for $15, le mouvement des DREAMers et des activistes Latinxs, et beaucoup d’autres. Il faut comprendre tous ces mouvements comme une séquence dans laquelle chacun a tiré des ­leçons et contribué des avances l’un de l’autre. Mais il faut également comprendre ces mouvements comme une réaction progressive et grandissante aux défaillances du néo­libéralisme et de la dernière administration démocrate, dont Biden a fait partie. »

Un an après le lancement d’OWS, toujours à New York, des salariés des fast-foods ­déclenchaient une grève avec la revendication d’un salaire minimum à 15 dollars. Ce qui leur a valu quelques lignes dans le New York Times. À peine une année plus tard, la ville de Seattle, sous l’égide de la conseillère municipale socialiste, Kshama Sawant, devenait pionnière en la matière. En 2015, Bernie Sanders, candidat à la primaire ­démocrate, intégrait cette mesure à son programme. « Vous vous souvenez que, jusqu’en 2015, cette revendication semblait ridicule pour beaucoup d’économistes et d’élus politiques, se remémore Nicholas Allen, responsable des affaires internationales pour le syndicat SEIU (2,2 millions de membres). Aujourd’hui, après avoir fait son chemin dans beaucoup de grandes villes, puis d’États, un tel salaire minimum semble non seulement raisonnable, mais absolument nécessaire pour relancer le pouvoir d’achat dans une économie dévastée par la crise. »

À l’instar du Fight for $15, l’histoire de la décennie écoulée est celle d’idées ­périphériques qui deviennent centrales dans la vie politique du pays. À des problématiques structurelles dans le pays, une nouvelle génération de militants apporte des réponses audacieuses et des formes d’actions souvent nouvelles. En 2018, le mouvement Sunrise se fait remarquer en occupant le bureau de la « speaker » démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, afin de faire avancer leur idée d’un « New Deal écologique ». Les militants demandent à une toute nouvelle élue de les rejoindre. À rebours des conventions de ce haut lieu de pouvoir, elle accepte. Elle s’appelle Alexandria Ocasio-Cortez, 29 ans, ­socialiste revendiquée, plus jeune élue de l’histoire du Congrès. L’establishment démocrate s’étouffe, mais une idée a percé. En 2021, elle est désormais favorablement accueillie par les électeurs.

Parfois, les frictions se jouent au sein même de l’aile gauche. En 2015, des militants de Black Lives Matter interrompent Bernie Sanders en train de discourir au pupitre. Ils trouvent que le candidat ne prend pas assez en compte la question du racisme systémique et renvoie toute avancée en la matière à des propositions uniquement économiques et sociales. Le débat agite durant des mois et des années le camp progressiste. Quatre ans plus tard, la plateforme « Sandernista » a ­intégré une nouvelle façon de penser en la matière. Comme l’ensemble du pays, d’ailleurs. 2020 n’est pas 2008. Ce qui a changé ? « Le plus grand mouvement de l’histoire américaine : Black Lives Matter. À la fois en nombre de participants, dans sa sociologie et dans sa géographie », répond Charlotte Recoquillon, chercheuse à l’Institut français de géopolitique. Si le mouvement est plutôt composé de jeunes, « les organisateurs sont des militants ­extrêmement aguerris » qui ont fait d’un « travail de pédagogie » l’une de leurs grandes forces, comme le souligne l’universitaire. « Il y a cinq ans, personne n’avait entendu parler du “privilège blanc”. Aujourd’hui, tout le monde n’est pas forcément d’accord, mais le concept est connu », ajoute-t-elle encore. Pour le dire autrement, BLM impose les termes du débat sur le racisme. Tout comme Sunrise ou 350.org sur la question climatique. Tout comme l’avaient fait OWS puis le Fight for $15 sur le nerf des inégalités sociales.

Les deux campagnes du sénateur ­socialiste du Vermont ont fonctionné à la fois comme un laboratoire d’élaboration d’idées nouvelles (Medicare for all, gratuité des études supérieures dans les universités publiques, création d’un impôt sur la fortune), une immense séance d’éducation populaire et un carrefour où se sont croisés les mouvements organisés ou non de la société sur les grandes questions qui taraudent les États-Unis : justice sociale, changement climatique, antiracisme, féminisme. Mais les confluences s’organisent aussi en dehors des temps électoraux. « Depuis les événements de Ferguson en 2014-2015, nos militants manifestent aux côtés de Black Lives Matter et en sont même partie prenante, pointe Nicholas Allen. Une alliance très naturelle puisque, souvent, ce sont les mêmes personnes impliquées. » L’intersectionnalité en pratique. À Standing Rock, dans le Dakota du Nord, en 2016, de jeunes militants environnementalistes se sont retrouvés aux côtés des Amérindiens dans la mobilisation contre la construction d’un oléoduc.

C’est donc dans un climat beaucoup plus favorable aux idées progressistes que Joe Biden prête serment et, d’une certaine façon, prend acte d’un nouveau rapport de forces. Pour Mark Kesselman, professeur de sciences politiques à la Columbia University (New York), il faut y ajouter une sorte de leçon de choses qu’a constituée le début de la présidence de Barack Obama : « Ce dernier a tout fait pour essayer de ­négocier avec les républicains, avec le résultat que l’on sait : il a perdu du temps, il a échoué, puis le Parti démocrate a été défait lors des élections du mi-mandat de 2010. Biden doit garder sa majorité assez mince et donc proposer des avancées pour mobiliser ses troupes. » Bémol : il rechigne toujours à faire siennes des idées qui deviennent ­dominantes, telle que l’instauration d’un système de santé universel (Medicare for all). « Biden est visiblement tiraillé entre ses instincts politiques – son affinité pour la collégialité avec la droite, son conservatisme naturel – et la réalité qui exige des mesures radicales », analyse Jacob Hamburger, journaliste et fondateur du site Tocqueville 21. Raison de plus, selon Ethan Earle, « pour que la gauche, sur cette base, en bonne organisatrice doive engranger de l’adhésion et des adhésions pour aller plus loin ». Et donc emmener Joe Biden encore un peu plus loin à gauche. 

(1) En un peu plus d’un mois dans le bureau ovale, Joe Biden a défait une partie du bilan de Trump et ouvert un certain nombre de chantiers. D’un côté : fin de la construction du Mur à la frontière avec le Mexique, révocation du « Muslim ban », abandon de l’oléoduc Keystone XL, retour des Etats-Unis au sein de l’OMS et des Accords de de Paris. De l’autre : plan de relance de 1900 milliards de dollars, salaire minimum à 15 dollars, régularisation des onze millions de sans-papiers, abolition de la peine de mort fédérale, plan contre les discriminations, projet de loi pour renforcer le contrôle des armes à feu.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Destitution de Trump : les démocrates échec et mat

Malgré l’apport de sept voix républicaines, le parti de Biden a échoué pour la deuxième fois en un an à faire condamner un ancien président qui en sort politiquement renforcé. (Article publié dans l’Humanité du 15 février 2021.)

Sans surprise mais pas sans leçons. La deuxième procédure d’impeachment de Donald Trump s’est terminée comme la première : par l’acquittement. Elle confirme que les républicains jouent toujours leurs cartes jusqu’au bout, pas forcément les démocrates. Reprenons. Après plusieurs jours de débats contradictoires (avec des vidéos inédites à l’appui) entre les élus démocrates – procureurs pour la circonstance – et l’équipe de défense de Donald Trump, les premiers n’ont pas réussi à réunir une majorité des deux tiers des sénateurs, seuil indispensable pour déclencher la destitution. Contrairement à l’« affaire ukrainienne » jugée début 2020, le vote a cette fois-ci été « bipartisan ». Sept sénateurs républicains (Richard Burr, de Caroline du Nord, Bill Cassidy, de Louisiane, Susan Collins, du Maine, Lisa Murkowski, d’Alaska, Mitt Romney, de l’Utah, Ben Sasse, du Nebraska, et Patrick J. Toomey, de Pennsylvanie) ont estimé que l’ancien président s’était bien rendu coupable d’« incitation à l’insurrection », le 6 janvier dernier, en appelant, lors d’un meeting, ses troupes à se rendre au Capitole pour empêcher le « vol de l’élection », avant que des centaines d’entre eux pénètrent de force dans le saint des saints législatif du pays. Il a manqué dix voix afin que Donald Trump devienne le premier président destitué de l’histoire du pays.

Le suspense n’a pas été franchement haletant. 43 des 50 sénateurs de droite ont donc estimé qu’il n’y avait aucun problème constitutionnel dans l’attitude du 45e président ce jour de janvier. L’establishment républicain a, semble-t-il, été tenté il y a quelques semaines de se débarrasser à peu de frais d’un Trump devenu embarrassant depuis sa défaite. Mais les sondages d’opinion (une immense majorité des électeurs continuent d’apporter leur soutien au milliardaire nationaliste) et un « blitz » de coups de fil dans les permanences électorales les ont rapidement ramenés à la « raison ». L’affaire étant gravissime (aucun assaut n’avait été donné au Capitole depuis celui des troupes anglaises en 1814), il a fallu, pour certains, préserver les apparences. Ainsi, Mitch McConnell, le leader républicain du Sénat, a critiqué l’homme avec lequel il a passé, depuis 2016, un pacte faustien, puis laissé planer le suspense sur la nature de son vote, avant d’annoncer qu’il se prononcerait pour l’acquittement mais que ce fut une « décision difficile » à prendre. Dans son dernier discours, il a estimé que Donald Trump était « responsable en pratique et moralement d’avoir provoqué les événements de ce jour ». Quelques minutes plus tard, il votait : « non coupable ». Responsable mais pas coupable. Durant le même laps de temps, il s’était employé à empêcher l’ouverture des débats alors que Donald Trump était encore dans le Bureau ovale, avant de juger « inconstitutionnel » le procès d’un président qui n’est plus en fonction, et enfin d’invoquer, samedi, un manque de temps pour refuser de convoquer des témoins. Méphistophélès et Machiavel.

Le témoignage accablant pour Donald Trump de la députée républicaine Jaime Herrera Beutler n’aura donc pu être entendu dans l’Hémicycle. Compromis passé par les démocrates, pourtant majoritaires au Sénat : sa transcription écrite figurera au dossier. Un procès sans témoins et sans l’accusé principal – les démocrates pouvaient lui adresser un « subpoena », une citation à comparaître – a débouché sur une victoire totale d’un président pourtant battu dans les urnes. « Guerre asymétrique totale : les républicains abusent du pouvoir et ne s’en excusent pas tandis que les démocrates abusent du pouvoir qu’ils ont », a twitté le journaliste Ari Berman. Le parti de Biden souhaitait-il solder le procès au plus vite afin de laisser place au vote de lois annoncées par le nouveau président ? Utilisera-t-il, en dernier recours, la section 3 du 14e amendement de la Constitution, rendant inéligible quiconque a été « engagé dans une insurrection », ce qui nécessite une majorité simple au Congrès ? Ou laissera-t-il Donald Trump libre de ses mouvements politiques à la tête d’un Grand Old Party plus « trumpisé » que jamais ?

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Chez Amazon, la bataille de Bessemer

En Alabama, aux États-Unis, les 5 800 salariés du site se prononcent sur la création d’une section syndicale. La multinationale a tout fait pour éviter ce précédent. (Article publié dans l’Humanité du 8 février 2021.)

«Je pense qu’il s’agit de la plus importante élection syndicale depuis des années. Nous ne parlons pas d’une simple compagnie, mais d’Amazon. » À partir de ce matin, les 5 800 salariés du site de Bessemer (Alabama) votent pour la création d’une section syndicale affiliée au RWDSU (Retail, Wholesale and Department Store Union). Son président, Stuart Appelbaum, situe donc ainsi l’enjeu : « La plus importante élection syndicale depuis des années ». La firme créée par Jeff Bezos, dont la valorisation boursière a explosé avec la pandémie, n’a jamais dérogé à sa position antisyndicale. Elle pensait ainsi être bien au chaud en ouvrant un entrepôt en mars 2020 à Bessemer, dans la banlieue de Birmingham, la plus grande ville de l’Alabama, connue dans les années 1960 comme la « ville la plus ségréguée des États-Unis » : l’État, en plein cœur du Sud profond, est dominé par des républicains ultraconservateurs qui en ont fait un bastion « right to work », c’est-à-dire avec le moins de régulations sociales possible.

Le mastodonte de Seattle avait procédé comme à l’ordinaire, entre arguments massues, petits cadeaux et appétissantes carottes. Soit dans l’ordre : une promesse de 315 millions d’investissements et des milliers d’emplois, un don de 10 000 dollars au lycée de la ville afin de créer un programme scientifique et une embauche à 15 dollars minimum de l’heure accompagnée d’une protection sociale et de stock-options. Amazon a d’autant plus senti le vent social tourner aux États-Unis, depuis une petite décennie, que son quartier général est situé dans la ville de Seattle, pionnière dans la mise en œuvre du salaire minimum à 15 dollars. Le mouvement était parti des fast-foods new-yorkais à l’automne 2012. « On l’oublie un peu mais notre mot d’ordre était double : 15 dollars et un syndicat », tient à rappeler Jorel Ware, l’un des premiers grévistes. Amazon a vite compris que, dans un contexte de rejet grandissant du creusement des inégalités, elle n’échapperait pas au doublement du salaire minimum.

Elle a donc fait mine de prendre les devants. Tout, sauf un syndicat : telle est la devise (à peine) cachée d’Amazon. Au cœur de l’Alabama, personne n’avait rien trouvé à y redire, ni le maire démocrate africain-américain de Bessemer, ni le gouverneur blanc républicain de l’État, chacun y allant de son « petit » cadeau : 3,3 millions de dollars de fonds publics pour le premier, 41,7 millions d’exemptions fiscales pour le second.

Patatras : deux mois après l’ouverture en fanfare du « fulfillment center » (centre de gestion des commandes), terme plus moderne que « warehouse » (entrepôt) qui sonne trop révolution industrielle et XIXe siècle, des salariés prennent contact avec le RWDSU (67 000 membres). Pour la plupart, ils sont africains-américains et participent au mouvement de protestation après l’assassinat de George Floyd. Ils refusent les cadences infernales imposées par la direction du site. La législation américaine impose un vote majoritaire des salariés afin de créer une section syndicale. Dès le mois d’août, des « organizers » commencent à faire signer une pétition. Le mois suivant, un site Internet est créé avec informations et arguments. En octobre, permanents syndicaux et salariés de l’usine voisine d’abattage de volailles se présentent aux portes de l’entrepôt afin de distribuer des tracts.

À Seattle, la maison mère s’inquiète : un vote majoritaire créerait un précédent. Elle craint ce dernier comme la peste. Le boulet est passé près en 2014, dans le Delaware, l’État dont Joe Biden a été le sénateur pendant trente-cinq ans. Un manager avait alors inventé de toutes pièces une histoire : le syndicat avait abandonné sa famille après la mort de son père. Le New York Times avait découvert le pot aux roses mais trop tardivement. Les méthodes se sont, depuis, affinées, ou presque. Ces derniers jours, à Bessemer, des « managers » ont réuni des groupes de salariés (une quinzaine à chaque fois, pas plus) pour leur expliquer durant une demi-heure (non déduite du temps de travail) les méfaits d’une syndicalisation. « Ils présentent de la propagande antisyndicale déguisée en informations factuelles », a témoigné un salarié, requérant l’anonymat au site AL.com. L’exercice tourne parfois mal. « Pourquoi Amazon nous truffe-t-il la tête avec ces “faits” à sens unique ? » a lancé un des travailleurs. Réponse du manager : « Amazon est très claire sur sa position quant aux syndicats. » En effet. Ces happenings en forme de pression sociale sont sortis dans la presse et le porte-parole ne s’est pas démonté : « Nous voulons que les employés comprennent les enjeux de la création d’un syndicat. Si le syndicat est créé, cela impactera chacun sur le site et c’est important que les associés (sic) comprennent ce que cela signifie pour eux et leur travail quotidien chez Amazon. » D’après les statistiques fédérales, les salaires sont supérieurs de 34 % dans les entreprises qui disposent d’un syndicat.

Ces dernières années, Amazon a pu compter sur l’effet d’optique « 15 dollars » ainsi que sur l’immense rotation de ses salariés. Ce qui ne semble pas être le cas en Alabama. « Plus de 85 % des salariés sont des Africains-Américains. Et leur inquiétude principale est qu’ils ne se sentent pas traités avec respect, indique Stuart Applebaum. Nous voyons cela autant comme une bataille pour les droits civiques que comme une bataille sociale. »

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Harriet Tubman, la « Moïse noire » sur un billet vert

Changement de visage et de récit en vue sur la coupure de 20 dollars : la militante antiesclavagiste et féministe, en lieu et place du président raciste Andrew Jackson. (Article publié dans l’Humanité du 4 février 2021.)

Aux États-Unis, l’histoire se joue aussi sur le célèbre billet vert. Les visages qui s’y affichent sont étonnamment uniformes. Sur la coupure reine (1 dollar), George Washington, premier président, et sur celle de 5 dollars, Abraham Lincoln, auteur de la proclamation d’émancipation des esclaves. Pour celle de 10 dollars, Alexander Hamilton, premier secrétaire d’État au Trésor. 50 dollars : Ulysse Grant, général de l’armée de l’Union pendant la guerre de Sécession, puis président. 100 dollars : Benjamin Franklin, figure centrale des Lumières américaines. Et puis, il y a le billet de 20 dollars, l’une des coupures les plus usitées. Le visage qui s’y dessine semble taillé à la serpe. Le sourcil est broussailleux. Son histoire aussi.

Considéré par Donald Trump comme le premier président « populiste », Andrew Jackson, aux commandes de 1829 à 1837, a surtout été propriétaire d’esclaves (comme une majorité des Pères fondateurs, au demeurant) et l’auteur de la première déportation des Amérindiens. L’épisode historique est connu sous un nom presque poétique (la Piste des larmes), qui masque mal la violence de l’événement. Des dizaines de milliers d’Amérindiens, en majorité du peuple cherokee (dont le nom est toujours accolé à un modèle de Jeep…), ont été repoussés de force vers l’ouest du Mississippi pour « libérer » leurs terres au profit de la culture du coton, « l’or blanc » ramassé par des centaines de milliers d’esclaves.

D’ici peu, le visage du président raciste sera retiré du billet de 20 dollars. Joe Biden l’a annoncé, reprenant un projet lancé par Barack Obama en 2014. Donald Trump, qui avait fait accrocher dans le Bureau ovale un portrait de Jackson (remplacé, depuis l’arrivée de Joe Biden dans les lieux, par celui de Franklin), avait stoppé le processus. En lieu et place viendra s’apposer le visage d’une femme. Noire. Ancienne esclave. Antiesclavagiste. Féministe. Parfois surnommée « la Moïse noire. » Ci-devant : Harriet Tubman.

Née Araminta Ross, elle a vu le jour dans les années 1820 (il n’y avait pas de registres pour la naissance des esclaves), dans une plantation du Maryland, dernier État esclavagiste avant la « frontière » avec le Nord. Elle fait partie d’une fratrie de neuf enfants, ensuite séparée entre plusieurs maîtres. En 1849, elle s’émancipa en laissant derrière elle un mari, John Tubman, un homme libre qui se sentait bien là où il se trouvait, et emprunta le « chemin de fer souterrain » (underground railroad), mis en place par des abolitionnistes, noirs comme blancs, et des quakers. « Comme le chemin de fer, le vrai, a été installé aux États-Unis depuis peu, ils ont utilisé cette métaphore qui leur permettait d’avoir des discussions codées. Par exemple, un chef de station, c’était quelqu’un qui hébergeait les esclaves en fuite ; un conducteur, c’était celui qui les emmenait d’un endroit à un autre. Donc, ça leur permettait d’avoir des discussions devant d’autres gens sans être pris », expliquait à France CultureAnouk Bloch-Henry, auteure d’une biographie.

Libre, mais pas quitte. Une fois arrivée en Pennsylvanie, sa terre promise, Harriet Tubman repart en terre esclavagiste afin de libérer sa famille, puis d’autres esclaves. Avec son « mètre cinquante, presque complètement édentée », selon la description qu’en fait Howard Zinn dans Une histoire populaire des États-Unis (éditions Agone), « toujours armée et le plus souvent déguisée, elle fit dix-neuf allers-retours excessivement risqués pour guider plus de trois cents esclaves vers la liberté ». Selon l’historien, « elle déclarait aux fugitifs : “Vous serez libres ou morts.” » Pendant la guerre de Sécession (1861-1865), elle s’engage aux côtés des troupes de l’Union. Elle est tour à tour infirmière, cuisinière, éclaireuse et espionne. En 1863, elle participe à un raid sur la rivière Combahee, en Caroline du Sud, au cours duquel des centaines d’esclaves sont libérés. Après la fin de l’esclavagisme et jusqu’à sa mort, en 1913, elle milite avec les suffragistes pour le vote des femmes.

« Elle est l’incarnation d’une triple oppression : elle est pauvre car née esclave, femme et noire », résume Nicolas Martin-Breteau, historien des États-Unis à l’université de Lille. Si l’intersectionnalité n’était pas encore née, celle qui fut surnommée « la Générale », en incarnait parfaitement la problématique. Durant la campagne présidentielle de 2016, Trump avait qualifié le choix du remplacement de Jackson de « purement politiquement correct ». « Une ancienne esclave remplaçant un propriétaire d’esclaves : c’est un signe du réagencement de la mémoire collective », rectifie l’universitaire. Tout comme le retrait des statues d’esclavagistes notoires dans l’espace public en constitue un autre. Un débat peut pourtant en entraîner un autre, qui traverse une partie du pays et que résume ainsi l’historien : « Est-ce la place d’Harriet Tubman d’être sur un billet de banque, symbole du capitalisme, qui s’est construit sur l’esclavagisme, elle qui était considérée comme un bien que l’on pouvait acheter avec ces mêmes dollars ? » Ne vaudrait-il pas mieux lui dédier un monument, à l’instar de celui inauguré par Barack Obama en hommage à Martin Luther King près du Mall de Washington ? Mais alors, il ne faudrait laisser, sur ces fameux billets, que des trombines d’hommes blancs, pour moitié esclavagistes ? La couleur du billet ne change pas. Celle de l’Histoire, oui.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé