Chez Amazon, la bataille de Bessemer

En Alabama, aux États-Unis, les 5 800 salariés du site se prononcent sur la création d’une section syndicale. La multinationale a tout fait pour éviter ce précédent. (Article publié dans l’Humanité du 8 février 2021.)

«Je pense qu’il s’agit de la plus importante élection syndicale depuis des années. Nous ne parlons pas d’une simple compagnie, mais d’Amazon. » À partir de ce matin, les 5 800 salariés du site de Bessemer (Alabama) votent pour la création d’une section syndicale affiliée au RWDSU (Retail, Wholesale and Department Store Union). Son président, Stuart Appelbaum, situe donc ainsi l’enjeu : « La plus importante élection syndicale depuis des années ». La firme créée par Jeff Bezos, dont la valorisation boursière a explosé avec la pandémie, n’a jamais dérogé à sa position antisyndicale. Elle pensait ainsi être bien au chaud en ouvrant un entrepôt en mars 2020 à Bessemer, dans la banlieue de Birmingham, la plus grande ville de l’Alabama, connue dans les années 1960 comme la « ville la plus ségréguée des États-Unis » : l’État, en plein cœur du Sud profond, est dominé par des républicains ultraconservateurs qui en ont fait un bastion « right to work », c’est-à-dire avec le moins de régulations sociales possible.

Le mastodonte de Seattle avait procédé comme à l’ordinaire, entre arguments massues, petits cadeaux et appétissantes carottes. Soit dans l’ordre : une promesse de 315 millions d’investissements et des milliers d’emplois, un don de 10 000 dollars au lycée de la ville afin de créer un programme scientifique et une embauche à 15 dollars minimum de l’heure accompagnée d’une protection sociale et de stock-options. Amazon a d’autant plus senti le vent social tourner aux États-Unis, depuis une petite décennie, que son quartier général est situé dans la ville de Seattle, pionnière dans la mise en œuvre du salaire minimum à 15 dollars. Le mouvement était parti des fast-foods new-yorkais à l’automne 2012. « On l’oublie un peu mais notre mot d’ordre était double : 15 dollars et un syndicat », tient à rappeler Jorel Ware, l’un des premiers grévistes. Amazon a vite compris que, dans un contexte de rejet grandissant du creusement des inégalités, elle n’échapperait pas au doublement du salaire minimum.

Elle a donc fait mine de prendre les devants. Tout, sauf un syndicat : telle est la devise (à peine) cachée d’Amazon. Au cœur de l’Alabama, personne n’avait rien trouvé à y redire, ni le maire démocrate africain-américain de Bessemer, ni le gouverneur blanc républicain de l’État, chacun y allant de son « petit » cadeau : 3,3 millions de dollars de fonds publics pour le premier, 41,7 millions d’exemptions fiscales pour le second.

Patatras : deux mois après l’ouverture en fanfare du « fulfillment center » (centre de gestion des commandes), terme plus moderne que « warehouse » (entrepôt) qui sonne trop révolution industrielle et XIXe siècle, des salariés prennent contact avec le RWDSU (67 000 membres). Pour la plupart, ils sont africains-américains et participent au mouvement de protestation après l’assassinat de George Floyd. Ils refusent les cadences infernales imposées par la direction du site. La législation américaine impose un vote majoritaire des salariés afin de créer une section syndicale. Dès le mois d’août, des « organizers » commencent à faire signer une pétition. Le mois suivant, un site Internet est créé avec informations et arguments. En octobre, permanents syndicaux et salariés de l’usine voisine d’abattage de volailles se présentent aux portes de l’entrepôt afin de distribuer des tracts.

À Seattle, la maison mère s’inquiète : un vote majoritaire créerait un précédent. Elle craint ce dernier comme la peste. Le boulet est passé près en 2014, dans le Delaware, l’État dont Joe Biden a été le sénateur pendant trente-cinq ans. Un manager avait alors inventé de toutes pièces une histoire : le syndicat avait abandonné sa famille après la mort de son père. Le New York Times avait découvert le pot aux roses mais trop tardivement. Les méthodes se sont, depuis, affinées, ou presque. Ces derniers jours, à Bessemer, des « managers » ont réuni des groupes de salariés (une quinzaine à chaque fois, pas plus) pour leur expliquer durant une demi-heure (non déduite du temps de travail) les méfaits d’une syndicalisation. « Ils présentent de la propagande antisyndicale déguisée en informations factuelles », a témoigné un salarié, requérant l’anonymat au site AL.com. L’exercice tourne parfois mal. « Pourquoi Amazon nous truffe-t-il la tête avec ces “faits” à sens unique ? » a lancé un des travailleurs. Réponse du manager : « Amazon est très claire sur sa position quant aux syndicats. » En effet. Ces happenings en forme de pression sociale sont sortis dans la presse et le porte-parole ne s’est pas démonté : « Nous voulons que les employés comprennent les enjeux de la création d’un syndicat. Si le syndicat est créé, cela impactera chacun sur le site et c’est important que les associés (sic) comprennent ce que cela signifie pour eux et leur travail quotidien chez Amazon. » D’après les statistiques fédérales, les salaires sont supérieurs de 34 % dans les entreprises qui disposent d’un syndicat.

Ces dernières années, Amazon a pu compter sur l’effet d’optique « 15 dollars » ainsi que sur l’immense rotation de ses salariés. Ce qui ne semble pas être le cas en Alabama. « Plus de 85 % des salariés sont des Africains-Américains. Et leur inquiétude principale est qu’ils ne se sentent pas traités avec respect, indique Stuart Applebaum. Nous voyons cela autant comme une bataille pour les droits civiques que comme une bataille sociale. »

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s