Armes à feu: la surprenante enquête

Image

315 millions d’armes pour 320 millions d’Américains : l’affolante statistique, (re)découverte après le massacre de Newton, nous avait presque collectivement poussés à penser que tous les Américains étaient des dingues des « guns », presque tous « coupables ». Et voici qu’une enquête bouscule une idée reçue. Plus même, les données de la dernière livraison du General Social Survey (GSS), grande enquête sociologique réalisée depuis 1972 par le National Opinion Research Center (NORC) de l’Université de Chicago, et présentées par le Violence Policy Center, une fondation favorable au contrôle des armes (http://www.vpc.org/) nous indique que de moins en moins d’Américains possèdent une arme à feu. Vous avez bien lu, oui. En 2010 (date de la réalisation de l’étude qui vient de sortir), 20% des Américains étaient détenteurs d’une de ces armes contre 30% en 1985 à son plus haut. Une arme se trouve ainsi dans 32% des foyers (contre 54% en 1977).

Un certain nombre de facteurs expliquant cette spectaculaire décroissance sont ensuite.

Le vieillissement de la population détentrice d’armes – des hommes blancs, et le peu d’intérêt des jeunes pour les armes.

La fin de la conscription militaire.

Le recul de la pratique de la chasse.

Les mesures qui limitent l’utilisation des armes.

On pourrait ajouter aussi : la baisse de la part des Blancs dans la population.

La question vient alors naturellement : pourquoi ce blocage américain sur les armes alors que la base sociale de ces utilisateurs baisse ?

Pour esquisser une réponse, voici : la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby (plus des fabricants que des possesseurs, d’ailleurs) a incontestablement marqué des points idéologiques et politiques dans la bataille d’interprétation du second amendement. Celui-ci dit : « Une milice régulée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le droit du peuple à détenir et porter une arme ne doit pas être enfreint. » Le lobby y voit un droit « personnel » de chaque Américain. C’est cette lecture qui a été reprise dans une loi votée sous Reagan. Car, oui, l’affaire est récente. Elle ne date pas des Pères fondateur ou du Far West. La lutte idéologique de la NRA a participé de la (contre) révolution conservatrice lancée au début des années 70.Mais à l’instar du conservatisme américain à bout de souffle, la NRA ne dispose plus d’une majorité. Une carte de la possession d’armes (voir ci-dessus) nous éclaire assez rapidement : le « pays des armes » est principalement celui qui vote Romney. C’est aussi le « pays de la Bible ». Le Sud et les grandes plaines. Ce même « bloc évangélico-conservateur » défait, une fois de plus, dans les urnes, qui va tenter par l’obstruction des élus républicains au Congrès, d’empêcher des évolutions législatives alors que des évolutions réelles dans le pays ont déjà eu lieu.

.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Eclairages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s