Ce que l’affaire Floyd révèle de 40 ans de révolution conservatrice

La revanche néo-libérale et la dérive ethnico-sécuritaire sont des jumelles nées au début des années 70. (Article publié dans l’Humanité dimanche du 11 juin 2020.)

C’est un document dont peu de personnes ont eu connaissance au moment de sa rédaction mais qui s’avère fondateur dans la « révolution conservatrice ». Rédigé en 1971 quelques semaines avant sa nomination à la cour suprême par le juge Lewis Powell, il porte le titre suivant : « Attaque sur le système américain de libre entreprise ». Il en veut un certain nombre de preuves : le « gouvernement » a atteint un périmètre inédit alors que le New Deal rooseveltien a été renforcé sous la présidence Johnson (guerre à la pauvreté, création de Medicaid et Medicare, couverture santé pour les enfants pauvres et les personnes âgées), la contestation de la guerre au Vietnam se répand et les réformes de société s’accumulent (moratoire sur la peine de mort, interdiction de la prière à l’école, reconnaissance de l’avortement comme droit constitutionnel). Sentence du juge: « Il faut répondre au niveau du système », c’est-à-dire mener une offensive idéologique globale. C’est à travers les « think tank » et surtout le vecteur du parti républicain que va se mijoter cette « révolution conservatrice » dont Ronald Reagan sera le saint-Patron et dont Donald Trump est le dernier (ultime ?) avatar.

 

Vivent les inégalités sociales

income share.2

« Le gouvernement est le problème, pas la solution. » On connaît l’aphorisme de Ronald Reagan dont certains observateurs feignent de croire qu’il est comme un principe fondateur du pays. En fait, les Etats-Unis ont été pionniers en matière de fiscalité et de redistribution. L’impôt sur le revenu y est créé dès 1913. Durant le demi-siècle du consensus du New Deal (1930-1980), le taux marginal d’imposition avoisinait en moyenne à 80% (avec une pointe à 93%). « Les droits de succession s’établissaient également à 80% et les taux d’impôt sur les sociétés à 50% », rappelle également l’économiste française Gabriel Zucman. Après les coups de rabot successifs de Reagan, W. Bush et Trump, le taux d’imposition pour les plus riches se trouve désormais à 23% contre 28% pour le reste de la population. Les Etats-Unis, pionniers de l’impôt progressif sont devenus l’empire de l’impôt régressif… Cette évolution a contribué à l’explosion des inégalités qui ont retrouvé leur niveau des années 1920. Le fameux 1%, détient 37% de la richesse nationale contre 21% à la fin des années 70. Dans le même temps, pour les classes moyennes et populaires, le niveau de revenus est resté cloué au sol tandis que les coûts liés à la santé, à l’éducation et au logement décollaient.

 

La grande divergence politique

Divisions democrates et republicains.1

A cet étirement de l’échelle sociale, correspond un mouvement dit de polarisation politique. Pour faire simple : les électeurs démocrates sont de plus en plus à gauche, leurs concitoyens républicains, de plus en plus à droite. Ce mouvement, dont le trumpisme constitue l’acmé, a lui aussi débuté au début des années 70. Après le vote des lois sur les droits civiques en 1964 et 65 et les émeutes urbaines de 1968, le parti républicain a fait le choix stratégique d’instrumentaliser les peurs et ressentiments d’une frange de la population blanche. Son nom : la stratégie sudiste. Electoralement, elle s’est avérée gagnante : en une génération, le parti démocrate a été supplanté dans les Etats de l’ex-Confédération par le parti fondé par Abraham Lincoln, le président qui écrivit la proclamation d’émancipation des esclaves. Immense retournement de la vie politique américaine qui a conduit à l’homogénéisation des deux grands partis politiques. Dans les années 60 et 70, il y avait des républicains libéraux (au sens américain), ouverts sur les questions de société, et des démocrates conservateurs (anti-impôts, anti-IVG, etc…) Les transferts d’électeurs ont permis, au fil du temps, la constitution de deux blocs cohérents. Aujourd’hui, l’électorat démocrate est presque unanimement progressiste en matière économique (impôts, salaire minimum) comme sociétale (immigration, IVG, mariage gay), tandis qu’en miroir, l’électorat républicain se rassemble autour de positions exactement inverses. La sociologie est au diapason : la coalition démocrate est plus jeune et plus multicolore que la coalition démocrate, vieillissante et blanche. Deux Amériques aux antipodes que presque plus rien ne relie, si ce n’est un vague sentiment d’appartenir à la même entité historique.

 

Police, bras armé du contrôle social

La grande peur des blancs du début des années 70, entretenue par le parti républicain, s’est notamment manifestée par l’accélération du « white flight », l’exode des ménages blancs des centre-villes vers les banlieues (surburbs) voir les exurbs (extra-urbain), rendu possible dès les années 50 par la constitution d’un vaste réseau d’autoroute et la « démocratisation » de l’équipement automobile. Ces choix résidentiels – donc politiques – ont contribué à une nouvelle forme de ségrégation, laissant dans les « inner cities », les cœurs de ville, les habitants les plus pauvres, ultra-majoritairement des Noirs.

Le contrôle social des populations noires entrait dans une nouvelle ère sous le faux-nez de la lutte contre le crime. Le rôle de la police a donc été redéfini en ce sens. Dès 1968, sont créées des unités spéciales d’intervention en milieu urbain (les SWAP) qui auront quasiment carte blanche dans les années 80, face à l’épidémie de « crack ». La décennie suivante marque la militarisation de ces forces, désormais équipées avec les surplus de l’armée US, provisoirement en décroissance après la chute du Mur de Berlin. En 1994, une terrible loi anti-criminalité, votée par les deux chambres à majorité démocrate et signée par Bill Clinton, ouvre le cycle de l’incarcération de masse. Après avoir été esclave puis ségrégué, l’Africain-Américain est désormais un suspect, presque par nature.

A partir de 1968, les dépenses sociales du pays diminuent chaque année tandis que celles liées au « maintien de l’ordre », augmentent. Aux Etats-Unis, révolution néo-libérale et dérive ethnico-sécuritaire sont allés de pair. Les morts du coronavirus et George Floyd ont été les victimes d’une même logique.

1968funds

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Eclairages

George Floyd: fin d’une histoire, suite d’un débat

(Article publié dans l’Humanité du 10 juin 2020.)

Dans la plus stricte intimité mais dans le plus national des hommages. Hier, c’est à la fois la douleur d’une famille et celle d’une certaine Amérique qui ont accompagné George Floyd dans sa « dernière demeure », selon l’expression consacrée, qu’il n’aurait jamais dû rejoindre dans la force de l’âge qui était la sienne. La famille de l’homme tué par un policier blanc, le 25 mai dernier, a préféré organiser les funérailles en deux temps. Lundi, ce sont des milliers de personnes qui ont pu rendre un dernier hommage à George Floyd, placé dans un cercueil ouvert à l’église Fountain of Praise. C’est dans ce même édifice religieux que son éloge funèbre sera prononcé par le révérend Al Sharpton, figure du mouvement des droits civiques, symbole de l’intime et de la politique qui ne peuvent, en ces circonstances, que se mêler.

Houston, c’est la ville dans laquelle a grandi ce natif de Fayetteville (Caroline du Nord). A Third Ward, le Harlem local situé au sud du centre-ville, quartier pauvre, loi d’airain socio-économique lorsque l’on est un jeune noir aux Etats-Unis. Et, comme nombre de ses « frères », il a trouvé un terrain d’expression dans le sport, le basket et le football américain en l’occurrence. Ses copains l’appelaient le « gentil géant ». Il mesurait 1,93m, un peu moins que Michael Jordan, l’idole de sa génération qui commençait à dicter sa loi avec les Chicago Bulls, alors que George Floyd entrait à l’université – premier de sa famille à franchir ce cap – grâce à une bourse sportive accordée par un établissement en Floride. Mais quand la gloire ne s’offre pas, plus dure est la chute.

Au stade des rêves, succède celui des petits délits et des passages en prison. L’une de ces arrestations concernait une vente de drogue pour 10 dollars. Verdict : dix mois de prison. Système judiciaire d’autant plus impitoyable que le pouvoir politique lui a lâché la bride sur le cou avec la « loi sur le crime » de 1994 (peines planchers, condamnation à perpétuité après trois délits, quelle qu’en soit la nature), promue et signée par Bill Clinton.

Dans les quartiers relégués de ces grandes métropoles américaines, il n’y a souvent qu’un seul havre de paix : l’église. Celle où il allait passer le plus clair de son temps après avoir purgé une ultime peine de prison était la bien nommée Resurrection, où l’on baptisait au milieu du terrain de basket-ball. Sur ce dernier, George Floyd pouvait aussi être le grand frère prenant en main les mômes du quartier. Il s’investira ensuite dans un programme d’aide aux personnes souhaitant décrocher de la drogue. Pour les couper d’un milieu qui fait souvent replonger, on les emmenait loin de ce quartier de Third Ward. Très loin ? Tout au nord : dans le Minnesota. C’est ainsi que George Floyd découvrit Minneapolis, avant de former le projet, en 2017, d’y déménager comme une bonne vieille histoire de rédemption dont on trouve tant d’exemples, de la littérature au cinéma. D’ailleurs, lorsqu’il était revenu à Houston, en 2018, pour les funérailles de sa mère, il avait partagé une forme d’enthousiasme avec ses proches : il se sentait comme chez lui dans la plus grande ville du Minnesota. Il y avait trouvé un emploi d’agent de sécurité, dans un centre pour SDF géré par l’Armée du Salut. Pour compléter ses revenus, il embauchait le soir comme « videur » dans un bar-discothèque. Tous ceux qui ont croisé son chemin décrivent, dans un long portrait que lui consacre le New York Times, un homme attentionné, cool et bienveillant. Ils ont tous été sidérés lorsqu’ils ont visionné la vidéo captant ses derniers moments de vie, puis ses derniers mots : « Mama ! Mama ! » C’est auprès de sa mère que George Floyd repose désormais.

Mais l’Amérique n’est pas quitte de « l’affaire Floyd. » L’immense mouvement qui s’est levé après son meurtre porte des demandes de changements structurels par rapport auxquels chaque responsable politique, de l’échelon local au niveau fédéral, doit se positionner. Après avoir longuement rencontré la famille de George Floyd, lundi, Joe Biden a jeté le trouble, pour le moins, en s’opposant au « defunding» (la réduction des moyens alloués aux forces de police), l’une des mesures-phrases des mouvements de protestation.

Sans surprise, Donald Trump a pris position pour la thèse de la brebis égarée et en conséquence pour le maintien du statu quo. Organisant une conférence de presse lundi, en présence de représentants des forces de police, le président nationaliste a déclaré : « Parfois, nous pouvons voir des choses horribles comme celles dont nous avons été témoins récemment. Mais je dirais que 99.9 – allez, disons 99% –  (des policiers) sont des personnes vraiment supers. » Comme il n’y a donc aucun problème systémique dans la police, le dossier semble clos pour l’hôte de la Maison Blanche qui a consacré son traditionnel débarbouillage matinal à attaquer ses opposants et se glorifier : « MAKE AMERICA GREAT AGAIN. » A quelques heures des funérailles de George Floyd.

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

L’Amérique dans les pas de George Floyd

(Article publié dans l’Humanité le 9 juin 2020, jour de l’inhumation à Houston de George Floyd.)

 

« La question n’est pas le sort des Noirs, de la population noire. La vraie question, c’est le sort de ce pays. » Les mots de l’écrivain James Baldwin prononcés en 1968 n’ont pas pris une ride. Ils collent parfaitement à la situation que traversent les Etats-Unis un demi-siècle plus tard. Ils pourraient figurer en épitaphe sur la pierre tombale de George Floyd, dont l’inhumation a lieu ce mardi dans sa ville natal de Houston (Texas). Cet Africain-Américain de 46 ans, tué le 25 mai dernier par un policier blanc, est désormais plus que sa seule identité. Il est une tragique destinée américaine qui a « réveillé » une partie du pays dont le « sort » est de nouveau sur la table.

 

Coronavirus, la poudrière

Le coronavirus a presque disparu…des gros titres de la presse, relayé en second plan par le mouvement de protestation. La réaction immédiate d’une partie de l’opinion publique doit sans doute beaucoup au contexte créé par la pandémie. Difficile de ne pas y voir – à l’instar de la métaphorique canicule dans le film de Spike Lee, « Do the right thing »– l’élément qui met le feu aux poudres. Le Covid-19 a principalement frappé l’Amérique urbaine, celle où les inégalités sont également les plus puissantes, où les défaillances du système de protection sociale apparaissent impitoyables pour les plus démunis, celle où les Africains-Américains sont surreprésentés. A partir de la première guerre mondiale, des millions de noirs du Sud sont partis dans les grandes villes du Nord et du Midwest à la recherche d’emplois industriels. La désindustrialisation, qui a commencé dès les années 60, puis l’exode des blancsvers les « surburbs », qui s’est accentuée à partir des années 1970, a, de Minneapolis à New York en passant par Detroit et Milwaukee, laissé les populations noires dans une situation de sous-emploi chronique dans des centres-villes paupérisés.

C’est là que le coronavirus a imposé des dégâts sanitaires et sociaux à des quartiers déjà abîmés et fragilisés. Selon les dernières données de APM Research Lab, un groupe de recherches indépendant, « le taux de mortalité des Noirs américains est 2,4 fois plus élevé que le taux de mortalité des blancs et 2,2 fois plus que celui des Asiatiques et Latinos. » La terrible crise économique a laminé des millions d’emplois en quelques semaines, parmi les moins qualifiés. Là encore, les Africains-Américains ont payé un lourd tribut. Les premiers éléments statistiques concernant la légère reprise économique de ces dernières semaines montrent que celle-ci a moins profité aux… Africains-Américains. Cruelle ironie : George Floyd a été atteint par le Covid-19 et s’en est tiré. Il n’a pas survécu à un fléau à la fois plus ancien : le racisme systémique des forces de police.

 

La police, l’éternelle allumette

Pour la première fois, sans doute, dans l’histoire des Etats-Unis, le rôle de la police se trouve au cœur d’un débat public. Avec une rapidité assez étonnante, les partisans d’une « réforme » ou d’une « redéfinition » marquent des points. Et lesquels ! La décision la plus symbolique est venue dimanche de Minneapolis, la ville où George Floyd a rendu son dernier souffle. Le conseil municipal a voté pour le « démantèlement » du département de police locale. Il ne s’agit pas d’une « réorganisation » mais de la reconstruction à partir de zéro « d’un nouveau modèle de sécurité publique. » Samedi, le jeune maire démocrate, Jacob Frey, s’y était opposé. Mais le vote à la majorité qualifiée du conseil municipal l’empêche d’y opposer son veto. Les conseillers municipaux ont également annoncé que les fonds jusqu’ici alloués à la police de la ville seront dirigés vers des projets s’appuyant sur la population. Quelle forme prendra le « nouveau modèle » ? « L’idée de ne pas avoir de police n’est certainement pas un projet à court terme », a lâché la conseillère municipal Alondra Cano. Aucun élu n’a avancé de pistes, et il semble que la dimension expérimentale

Le « defunding », soit la réduction des budgets consacrés aux forces de police, est devenu, en quelques jours, un slogan rassembleur…et une réalité dans un nombre grandissant de villes. Le maire démocrate de Los Angeles avait ouvert le bal, en annonçant une réduction de 150 millions de dollars du budget du LAPD. Celui de New York, Bill de Blasio, a finalement cédé aux pressions d’une partie de sa majorité et des associations de droits civiques en acceptant ce qu’il refusait d’envisager, encore vendredi dernier : baisser le budget de la police et réorienter ces sommes vers les budgets sociaux. Il n’a livré, pour l’instant, aucun montant, mais le revirement est spectaculaire dans une ville où le budget de la police a augmenté de 22% entre 2014 et 2019, pour s’établir à 6 milliards de dollars, alors que les taux de la criminalité sont au plus bas. Dans d’autres métropoles, des premiers pas plus timides – interdiction d’utilisation des gaz lacrymogènes ou des techniques d’arrestation musclées – ont été effectués. Partout, le « statu quo » est impossible.

 

Contrat social : le volcan

Joe Biden rencontrera, avant la cérémonie d’hommage, la famille de George Floyd. Donald Trump ne sera évidemment pas du voyage. Le président en exercice a seulement convoqué le nom du défunt lors d’un indigne exercice d’auto-satisfaction à propos des relatifs bons chiffres de l’économie et s’est bien gardé d’utiliser un mot pourtant au cœur du grand débat du moment : racisme. Ici aussi, l’affaire George Floyd révèle une fracture américaine face à la revendication de redéfinition du « contrat social », porté par les manifestations géantes.

Le parti républicain, dont l’électorat est plus âgé et plus blanc que la moyenne de la population du pays, continue de marteler une unique réponse : « Loi et Ordre. » Cette position semble de plus en plus intenable dans une société où les mentalités ont évolué. Donald Trump a d’ailleurs dû battre en retraite, en donnant l’ordre à la garde nationale de se retirer de Washington. Il a justifié sa décision par le fait que la situation était « parfaitement sous contrôle » et que le « nombre de manifestants diminuait », alors qu’il a en réalité augmenté. Le même jour, trois anciens chefs d’Etat-major avaient condamné l’envoi de troupes, joignant leurs voix à celle, notamment, du secrétaire de la Défense, Mark Esper.

Le parti démocrate, dont l’électorat est plus jeune et plus divers que la moyenne de la population du pays, se montre attentif à cette thématique, même si localement – on l’a vu à Minneapolis et New York – les divisions internes à la coalition sont d’importance. Elles pourraient s’approfondir autour de la loi que prépare le groupe démocrate à la Chambre des représentants sur la réforme de la police qui évite, pour l’instant, d’envisager un « defunding. »

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

Naissance d’un mouvement

Article publié dans l’Humanité du 8 juin 2020.

Retenez la date : le 6 juin. Les Etats-Unis ont connu samedi la naissance d’un mouvement. Partout dans le pays, des centaines de milliers de personnes dans des centaines de rassemblements ont porté un message non seulement de protestation contre les violences policières mais plus largement contre le racisme systémique. Le pays est entré dans la troisième phase de réaction au meurtre de George Floyd, un Africain-Américain de 46 ans, par un policier blanc: après celle, épidermique des premiers jours (marquée par des émeutes), puis pacifique (depuis le milieu de la semaine dernière), voici la phase politique. La nature du message a changé, l’étendue des voix qui le portent également. « Oui, il y a aura eu un avant et un après, estime Jesse Jackson, figure du mouvement des droits civiques, dans un entretien publié par le Journal du Dimanche. Toutes ces manifestations constituent un immense progrès parce que des millions de gens ont voulu exprimer leur révolte face à l’impunité dont jouit trop souvent la police dans ce pays.»

Les grandes métropoles ont été au rendez-vous et des villes moyennes ou plus petites sont entrées dans la danse. A New York, les manifestants se sont rassemblés à Central Park avant de marcher vers Brooklyn, malgré le couvre-feu. A San Francisco, les manifestants ont défilé sur le Golden Gate Bridge. A Los Angeles, où des émeutes avaient ponctué le non-lieu des policiers ayant battu Rodney King en 1992, deux marches se sont déroulées autour de deux campus, l’une à l’initiative des étudiants noirs, l’autre menée par des associations latinas. A Washington D.C., le défilé est passé par « Black Lives Matter Plaza », nouveau nom d’un square rebaptisé en fin de semaine dernière par Muriel Bower, la mairesse de la ville-capitale, qui a fait peindre en jaune les lettres du slogan sur la chaussée. Le message est évidemment aussi destiné au locataire d’un lieu public bien connu située juste à côté : la Maison Blanche.

Le mouvement grandissant de protestation s’est également enraciné, en dehors des métropoles, dans cette Amérique que l’on dit « profonde » et qui serait condamnée à succomber aux sirènes trumpistes. On a manifesté à Marion (Ohio), Simi Valley (Californie), Richmond (Kentucky), Athens (Georgie), au Havre, (Montana), à Garden City (Kansas), à Harvard (Nebraska), autant de « déserts protestataires », ou encore à Huntsville (Texas), à quelques pas de la prison et de sa chambre d’exécution. Encore plus surprenant, une marche a eu lieu dans une petite ville texane de 10.000 habitants, dénommée Vidor, connue pour être une place forte du Klu Klux Klan et des suprémacistes blancs. « Désormais, Vidor, Texas, sera connue pour l’amour », a lancé Michael Cooper, le président de la section locale de la N.A.A.C.P., la grande organisation de défense des droits civiques des Africains-Américains.

Mais la manifestation qui donne sans doute le tempo du nouveau cycle qui s’ouvre s’est tenue dans la ville-épicentre de Minneapolis. Les images ont fait le tour du pays. Le jeune maire démocrate, Jacob Frey, 38 ans, a quitté le rassemblement après avoir refusé d’envisager la réduction des moyens accordés à la police (« defunding »). « Honte », lui ont lancé des dizaines de participants. Quatre conseillers municipaux avaient préalablement appelé au démantèlement du département de police locale. Parmi eux, Jeremiah Ellison, le fils de Keith Ellison, ancien député de la ville, figure nationale des pro-Sanders, et actuel procureur de l’Etat du Minnesota, en charge des poursuites contre les policiers impliqués dans la mort de George Floyd. « Et quand nous l’aurons fait, nous n’allons pas recoller les morceaux, a ajouté, sur Twitter, le jeune conseiller municipal. Nous allons fondamentalement repenser notre approche de la sécurité publique. » Les appels au désinvestissement voire à la dissolution des forces de police se multiplient un peu partout sur le territoire américain. La question du rôle des départements de police créé souvent des clivages au sein même de la coalition démocrate, entre les « liberals » (disons : progressistes bon teint) et les militants et élus, plus jeunes et plus radicaux. Les curseurs bougent. Dès mercredi dernier, Eric Garcetti, le maire démocrate de Los Angeles, a annoncé une réduction de 150 millions de dollars du budget du LAPD. A New York, la plus grande ville du pays, Corey Johnson, président du conseil municipal et deux conseillers municipaux, ont proposé une coupe drastique dans le budget du NYPD gardé intact par le maire, Bill de Blasio, alors que des mesures d’austérité sont imposés à des budgets sociaux. Bill de Blasio, pourtant élu sur une plateforme progressiste en 2012, est confronté à une fronde contre sa gestion des violences policières (il a mis cinq années avant de renvoyer l’agent impliqué dans la mort d’Eric Gardner) et le maintien du statu quo du rôle de la police, puissance au sein de la puissance publique et potentielle force de nuisance électorale, à travers leurs syndicats, principalement conservateurs.
Si le séisme sociétal et politique déclenché par le meurtre de George Lloyd secoue le parti démocrate, c’est bien le parti républicain qui se trouve le plus affaibli par l’évolution de la situation. « Loi et ordre », a encore twitté Donald Trump, calfeutré dans une Maison Blanche, désormais cernée de barricades. Un appel « hors sol » alors que les rassemblements sont désormais délestés des dérives émeutières. Face à la question centrale soulevée – le racisme systémique -, le président nationaliste reste littéralement sans voix. Et, tandis que ses appels à la mobilisation de l’armée ont été contestés dans son propre camp, sa prise sur le cours – électoral et politique – des choses semble s’affaiblir de jour en jour.

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

Le pouvoir chancelant de Trump

Le président américain appelle à l’ordre alors qu’il n’y a plus de « désordres ». Il veut envoyer l’armée? Son secrétaire à la défense et des militaires expriment leur désaccord. (Article publié dans l’Humanité du 5 juin 2020.)

« C’est ce que font les autocrates. C’est ce qui arrive dans des pays, juste avant l’effondrement. » L’analyse d’un ancien expert de la CIA, interrogé par le Washington Post, dans son édition de mercredi, ne portait pas sur une république bananière ou un régime despotique, mais sur l’état de son propre pays : les Etats-Unis. Effondrement ? Le mot est sans doute trop fort. Mais, le pouvoir de Donald Trump est clairement chancelant. En 24 heures, il a été défié par son secrétaire à la défense et été identifié comme une menace pour le pays par son prédécesseur. Situation sans précédent. La tension s’est nouée autour de la menace brandie par Trump de la possibilité d’invoquer une loi de 1807 afin d’envoyer l’armée « dominer » les manifestations.

Mark Esper, actuel secrétaire à la défense, donc numéro 3 de l’administration Trump, a, mercredi, mis son veto : « Je ne suis pas favorable à décréter l’état d’insurrection. » Quelques heures, plus tard, c’est son prédécesseur à ce poste, Jim Mattis qui a tiré une salve. Il avait démissionné de son poste en 2018 après la décision présidentielle de retirer unilatéralement les troupes américaines de Syrie. Cet ancien général issu du corps des Marines est une figure respectée parmi les milieux conservateurs. Ce qu’il écrit dans une tribune publiée par le magazine The Atlantic ne peut qu’ébranler la présidence Trump « De mon vivant, Donald Trump est le premier président qui n’essaye pas de rassembler les Américains, qui ne fait même pas semblant d’essayer. Au lieu de cela, il tente de nous diviser. Nous payons les conséquences de trois années sans adultes aux commandes ». Et encore : « Quand j’ai rejoint l’armée, il y a cinquante ans, j’ai prêté serment de soutenir et défendre la Constitution. Jamais, je n’ai imaginé que des soldats qui prêtent le même serment puissent recevoir l’ordre, quelles que soient les circonstances, de violer les droits constitutionnels de leurs concitoyens – et encore moins pour permettre au commandant-en-chef d’aller poser pour une photo, de manière saugrenue, avec les chefs militaires à ses côtés. » Jamais, depuis 2016, une dénonciation aussi puissante et argumentée de la pratique du pouvoir par le milliardaire n’avait émergé de son propre « camp.»

Ces deux prises de positions, totalement inédites, vont-elles effriter le « bloc » républicain, resté soudé autour de Trump, depuis 2016 ? Les sondages publiés par CBS et Morning Consult – un tiers des personnes interrogées sont d’accord avec la gestion de la crise déclenchée par le meurtre de Georges Floyd – semblent indiquer une érosion notable de son socle électoral, déjà minoritaire en 2016. Il faudra observer dans les jours qui viennent si la panique gagne l’establishment républicain, totalement aligné sur Trump depuis trois ans. Une primaire qui s’est déroulé mardi dernier dans l’Iowa peut indiquer le sens du vent au sein du G.O.P. (Grand Old Party, surnom du parti républicain) : le député sortant, Steve King, relais des thèses suprémacistes, a été battu par un républicain « modéré. » La sortie surréaliste de Donald Trump pour une opération de communication photographiée, Bible en main, face à une église à Washington, sonne comme une tentative désespérée de souder l’électorat évangélique blanc.

2020 n’est manifestement pas 1968 même si Donald Trump a ressorti le vieux manuel nixonien. Sur Twitter, le président américain en a appelé à la « loi et à l’ordre » ainsi qu’à la « majorité silencieuse », deux mantras de Richard Nixon il y a 52 ans. Cette année-là, des émeutes avaient éclaté dans de nombreuses villes américaines après l’assassinat de Martin Luther King tandis que la contestation contre la guerre du Vietnam se répandait sur les campus. L’ancien vice-président de Dwight Eisenhower, battu sur le fil par Kennedy en 1960, avait alors outrageusement joué la carte sécuritaire sur fond d’insinuations raciales. Trois ans après le vote des lois sur les droits civiques, le parti républicain optait pour la « stratégie sudiste », d’exploitation des peurs et ressentiments des blancs. Coup gagnant pour Nixon dans un contexte pourtant particulier où le président sortant, Lyndon Johnson, avait dû renoncer à se représenter.

La rhétorique sécuritaire de Donald Trump s’appuie sur les débordements et émeutes en marge des manifestations. Or, les rassemblements, bien que défiant les couvre-feux dans nombre de villes, sont désormais totalement pacifiques. Sans « désordres », les appels à « l’ordre » s’enfoncent dans les sables mouvants de l’irréalité. Barack Obama a saisi ce tournant. Le premier président noir de l’histoire du pays est intervenu pour la troisième fois en quelques semaines appelant le pays « à saisir ce moment » pour imposer des changements. Il faudra compter sur lui jusqu’en novembre, en soutien à un Joe Biden, seule alternative électorale, malgré ses multiples gaffes et déclarations souvent peu inspirées, pour ceux qui veulent faire de Trump le président d’un seul mandat.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Eclairages

« Nous assistons à une crise de la coalition conservatrice qui domine depuis quarante ans »

Entretien avec John Mason, professeur de sciences-politiques à l’Université William-Patterson (New Jersey). Entretien publié dans l’Humanité du 5 juin 2020.

Vous citez régulièrement la formule du journaliste, Carl Bernstein, selon laquelle les Etats-Unis sont en pleine « guerre civile froide.» Vient-on de franchir une étape ces derniers jours ?

John Mason. Oui, je cite régulièrement cette formule, comme je rappelle aussi régulièrement ceci : vous, en France votre matrice, c’est la Révolution française. Nous, c’est ce que vous appelez la Guerre de Sécession, que nous nommes « civil war » (guerre civile), dont l’objet était le maintien ou l’abolition de l’esclavagisme. C’est dans ce contexte qu’il faut analyser ce qui est en train de se passer. Nous assistons en fait à l’accumulation de crises. La crise liée à la pandémie du coronavirus a exposé les divisions du pays. Il y a les clivages entre les grandes villes des deux côtes et du Midwest plus fortement frappées, d’un côté, et l’Amérique rouge (couleur du parti républicain), de l’autre, jusqu’ici moins touchée. Il y a les divisions raciales avec des taux de mortalité plus importants chez les Africains-Américains et les Latinos que chez les Blancs. La crise sociale – avec 40 millions de chômeurs – a encore renforcé ces clivages. Face à cela, le système étatique s’est montré totalement inadéquat à la profondeur de la crise. Il nous reste à construire cet Etat-Providence que nous n’avons vraiment jamais eu. Le pire n’est sans doute pas derrière nous. Les mesures temporaires d’indemnités chômage vont prendre fin en juillet. Et la levée du moratoire sur les expulsions va exposer des millions de personnes à l’expulsion de leur logement. A toutes ces crises, on peut ajouter la crise climatique qui va montrer certains de ses effets dès cet été : on prévoit des feux dans l’ouest, une ultra-sécheresse dans le sud-ouest, et des dizaines de tempêtes de forte intensité dans la saison des ouragans qui viendra après. Face à ces défis, le gouvernement fédéral est épuisé et sans direction. Tout dépend des Etats. C’est une question importante dans l’optique de la gestion du scrutin de novembre.

Et puis il y a eu l’affaire George Floyd. Cette fois, la réaction a été à la hauteur et les manifestations montrent au monde entier une Amérique jeune et « multiethnique ». Il y a eu des débordements de la même manière qu’à Paris, en marge de manifestations, des jeunes s’en prenaient aux magasins. L’alt-right (nouvelle extrême-droite) tente d’instrumentaliser cela mais, au fil des jours, les défilés sont de plus en plus pacifiques.
Comment analysez-vous la réponse de Trump ?

John Mason. Trump veut changer les termes du débat et passer de celui sur la pandémie à un débat de type 1968, sur le maintien de la loi et de l’ordre. On voit bien la tentative de jouer sur les clivages noirs/blancs et urbains/ruraux. Est-ce que cela va fonctionner ? Sa volonté de déployer des forces militaires est vraiment très inquiétante. Je n’exclue pas la possibilité d’un coup politico-militaire. Mais si le réflexe autoritaire est bien présent dans la société américaine, on a aussi pu voir, au sein des forces de police, des réactions différentes. Pas mal de policiers ont mis un genou à terre ou se sont mêlés aux manifestants. Je pense que nous avons affaire non seulement à une crise de la coalition conservatrice qui dirige, peu ou prou, depuis 40 ans mais plus globalement à une crise de régime.

 

Le 3 novembre, l’alternative à Trump sera Joe Biden. On a du mal à cerner son positionnement…

John Mason. Il ne faut pas penser à Biden comme à un grand leader de type Trump, mais à un chef de coalition politique, au sein de laquelle, il faut bien le voir, la gauche occupe une place importante. Des groupes de travail commun entre les équipes de Biden et de Sanders ont été créés sur les aspects programmatiques. On verra ce qu’ils donneront. Mais la gauche est visible au sein de cette crise. Le philosophe noir Cornell West, grande figure des pro-Sanders, est très présent dans les médias. La gauche est partout dans la rue, au cœur des manifestations, comme dans l’organisation dans les quartiers.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Interviews

Le carnage américain

Système de santé coûteux et inégalitaire, filet de protection sociale insuffisant, trumpisme en (in)action : les classes populaires règlent l’addition d’une catastrophe sanitaire et politique évitable. (Article publié dans l’Humanité du 20 avril 2020).

 

Lors de son discours d’inauguration, en janvier 2017, Donald Trump dépeignait, sur l’inspiration de son conseiller d’extrême-droite, Steve Bannon, un « carnage américain » purement fantasmatique. Cette auto-fiction est devenue une réalité : le pays compte près de 900.000 cas positifs (un tiers des cas mondiaux)et 39.000 personnes en sont mortes, 26,5 millions d’Américains ont perdu leur emploi en quelques semaines, dont une bonne proportion qui a, du jour au lendemain, vu s’envoler son assurance santé qui y était liée. Les 330 millions d’habitants des Etats-Unis subissent une triple peine : le coronavirus (comme l’ensemble de la planète), un système de santé et de protection sociale défaillant et le trumpisme, entre déni et darwinisme social rentré. Un drame supplémentaire pourrait s’ajouter alors que l’hôte de la Maison Blanche encourage les mouvements quasi-insurrectionnels contre des gouverneurs démocrates dans un pays dont le climat relève, selon le journaliste Carl Bernstein, de « la guerre civile froide. »

 

Le carnage sanitaire : un quart des morts de la planète

Des infirmières vêtues de simples sacs poubelles de fortune, des corps entassés dans des couloirs d’hôpitaux, la pénurie de matériels de toutes sortes, y compris des indispensables respirateurs : ces images ne sont pas propres aux Etats-Unis mais elles sont sans doute les plus inattendues en provenance de la plus grande puissance du monde.

Facilitée par l’incurie de l’administration Trump, ce « carnage sanitaire », à vrai dire, n’a pas commencé cette année : il était rampant. Hier, et encore plus aujourd’hui, ce sont les classes populaires qui en paient le plus lourd tribut. Non assurés ou mal-assurés, les plus démunis traînent depuis des années les facteurs de comorbidité (obésité, diabète) non-soignés ou mal-soignés qui s’avèrent mortifères, au révélateur du coronavirus. D’autant que la nécessaire distanciation physique s’avère souvent impossible, comme le rappelait dans le magazine en ligne The Intercept, l’épidémiologiste Elizabeth Pathak : «Quand vous êtes membre des classes populaires à New York, vous êtes dans la promiscuité à chaque étape de votre vie, en commençant par la salle de bains. La promiscuité règne chez vous. La promiscuité règne dans les transports publics. La promiscuité règne sur le lieu de travail. La promiscuité règne dans les écoles. » Ville la plus dense et l’une des plus inégalitaires du pays, New York constitue, avec ses 17.000 morts, l’épicentre de l’épidémie aux Etats-Unis. Et, finalement, la promiscuité a également régné dans les urgences des hôpitaux, où se sont conjugués les effets de décennies de sous-investissement et ceux d’un système de santé aussi coûteux qu’inégalitaire. Le pays consacre 18% de son PIB aux dépenses de santé (11% en France), dont un quart est avalé par les frais administratifs, reflet de la complexité quasiment kafkaïenne de l’édifice intégralement géré par les compagnies privées. La couverture supposément universelle apportée par l’Obamacare n’assure qu’une prise en charge minimale, tout comme les contrats des entreprises, souvent insuffisante pour les familles qui doivent mettre de leur poche, souvent poussée à la banqueroute personnelle, lorsqu’un problème grave survient ou…qui ne se soignent pas. En 2018, 44% des Américains ont reporté une visite médicale en raison de son coût. Terreau fertile sur lequel s’est répandu le coronavirus à grande vitesse.

 

Carnage social : retour vers la Grande Dépression

26,5 millions d’Américains se sont inscrits au chômage depuis le 13 mars. En quelques semaines, c’est comme si les 23 millions d’emplois crées entre 2010 et 2020, dans l’après-krach de 2008 s’étaient volatilisés. Ce chiffre ne résume que partiellement l’étendue du drame, puisqu’il n’incorpore par les salariés sans-papiers, ceux qui travaillaient sans déclaration de leur employeur et les «auto-entrepreneurs ». Au total, le taux de chômage s’établit à 20%, un niveau jamais atteint depuis la Grande Dépression. Il nous rappelle que la plus puissante économie du monde est également la moins protectrice.

La loi « coronavirus » de 2000 milliards de dollars votée par le Congrès a, en partie, resserré les mailles du filet de protection sociale. Sur l’insistance des démocrates et de Bernie Sanders, qui a mis dans la balance son vote au Séant, le « package » inclut une allocation hebdomadaire de 600 dollars pour chaque chômeur pendant quatre mois en plus des allocations versées par chaque Etat. La prime spéciale de 1200 dollars par personne (Sanders avait proposé 2000 dollars) et 2400 par famille (plus 500 dollars par enfant) commence à arriver sur les comptes en banque. Elle sert à payer l’ordinaire, notamment la nourriture, dans un pays où 80% des habitants disent vivre avec leur seul salaire du mois et où la moitié de ceux-ci assurent ne pas pouvoir faire face à une dépense imprévue de 400 dollars.

Pour une majorité des nouveaux chômeurs, la peine est double puisque leur assurance-santé était liée à leur emploi. Certains pourront prétendre à la couverture de « Medicaid » (lire papier ci-contre) mais selon un cabinet d’études, 5 millions resteraient dénués de toute couverture. Selon une enquête du Pew Research Center, ce sont les hispaniques – surreprésentés dans les boulots du bas de l’échelle sociale – qui seront les premières victimes de ce carnage social.

 

Le carnage politique : laissez-faire le marché et la nature

Comme si le système d’organisation sociale ne suffisait pas à les mettre au supplice, les habitants des Etats-Unis endurent une torture supplémentaire : le trumpisme. Par ses mots et déclarations, Donald Trump a contribué à créer un climat de déni et de sous-estimation. Par ses actions, il a aggravé la situation. Son nationalisme assumé pourrait parfois faire oublier qu’il est également un libéral patenté. En l’occurrence, il a refusé de faire de l’Etat fédéral le coordinateur de la réponse publique à la catastrophe sanitaire, renâclant, par exemple, à appliquer une loi de 1950 lui permettant de réquisitionner Ford afin que le constructeur automobile construise des respirateurs, dont l’acheminement vers les hôpitaux a ainsi pris des semaines de retard. Conséquence : les Etats fédérés ont été livrés en pâture aux fournisseurs dans un climat de « nouveau far west », pour reprendre la formule du gouverneur de Californie, Gavin Newsom. Et, pour poursuivre sur l’exemple des essentiels respirateurs, ils se sont arrachés aux enchères, les prix flambant de 25.000 à 45.000 dollars.

Dernière lubie : la réouverture au plus vite de l’économie. Il cache à peine qu’il entend aborder l’élection présidentielle de novembre avec les moins catastrophiques chiffres possibles. D’autant que nombre d’Etats-clés (Michigan, Pennsylvanie, Nevada et Ohio) sont parmi les plus touché par l’immense récession. Un deuxième mandat vaut bien quelques milliers de mots supplémentaires…

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Eclairages

Sanders rallie Biden sans barguigner

Face à Donald Trump, le sénateur du Vermont a fait le choix d’apporter son soutien rapidement et sans conditions préalables. (Article publié dans l’Humanité du 15 avril 2020).

2020 ne ressemble décidément pas à 2016. Quelques jours seulement après son retrait de la course à la nomination démocrate, Bernie Sanders à apporté à Joe Biden un soutien aussi rapide que sans ambages. Il y a 4 ans, son ralliement à Hillary Clinton n’était intervenu qu’en juillet. Contexte de coronavirus oblige, l’événement a eu lieu via une visioconférence. « Nous avons besoin de toi à la Maison Blanche », a lancé le sénateur du Vermont à l’ancien vice-président de Barack Obama. « Aujourd’hui, je demande à tous les Américains, à tous les démocrates, indépendants, et à de nombreux républicains de se rassembler dans cette campagne et de défendre votre candidature, que je soutiens », a-t-il ajouté. Les deux responsables politiques entretiennent une relation cordiale qu’ils ont cultivé, en direct. Mais, pour Sanders, c’est l’urgence de défaire « le président le plus dangereux de l’histoire moderne de ce pays » qui a motivé cette décision que nombre de ses soutiens trouvent prématurée car elle limite la pression que les « sandernistas » peuvent exercer sur l’establishment en termes de programme et de futures nominations.

Ce dialogue est intervenu quelques heures avant l’annonce des résultats de la primaire du Wisconsin, remportée par Biden (63% contre 32%). Sans surprise. Un autre scrutin qui s’est déroulé la semaine dernière a, en revanche, produit un résultat plus inattendu : le juge républicain sortant à la Cour Suprême locale a été lourdement battu (55-45) par sa challenger démocrate. Les républicains, Donald Trump en tête, pariaient sur une surmobilisation d’une base trumpiste galvanisée. Ils avaient d’ailleurs obtenu de la justice que le scrutin se tienne malgré l’épidémie de coronavirus. C’est l’inverse qui s’est produit : les démocrates se sont beaucoup plus mobilisés, signe d’une volonté évidente d’en découdre avec l’hôte de la Maison Blanche.

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

Bernie Sanders met fin à « sa campagne, pas à sa lutte »

Le sénateur qui se réclame du socialisme démocratique a pris acte du fait que, dans le contexte de l’épidémie du coronavirus, il ne disposait plus d’aucune possibilité de combler son retard sur Joe Biden. (Article publié dans l’Humanité du 9 avril 2020.)

Alors que son nom figurait encore sur les bulletins de vote lors d’un surréaliste scrutin dans le Wisconsin, mardi, Bernie Sanders a annoncé hier son retrait de la course à l’investiture du parti démocrate. La nouvelle a pu surprendre observateurs et acteurs politiques : rien le laissait présager que le sénateur du Vermont puisse mettre fin à sa campagne, même s’il n’avait pas caché qu’après une succession de défaites, lui et son équipe « réexaminaient » le sens de sa candidature. C’est encore ce qu’il avait répété dans une interview exclusive publiée dans le magazine progressiste The Nation, publiée hier midi. Dans un échange mené, le 1er avril, par John Nichols, un journaliste qui suit Sanders depuis de très nombreuses années, le challenger de Joe Biden ne cachait pas qu’il y avait débat parmi ses proches et soutiens. « Certains disent : «C’est probablement une bonne idée de s’assoeir avec Biden et d’essayer de conclure quelque chose. » D’autres me disent : « Il faut se battre jusqu’au dernier vote à la convention. » Et d’ajouter : « Dieu sait à quoi cette convention va ressembler. Ce ne sera pas une convention réelle. Ce sera une convention virtuelle. » Et désormais, sans suspense : elle intronisera Joe Biden comme le porte-drapeau du parti démocrate afin de chasser Donald Trump de la Maison Blanche.

S’il avait refusé de jeter l’éponge après un retentissant retournement à son désavantage lors du Super Tuesday – comme l’y appelaient de nombreuses voix de l’establishment – puis lors de revers successifs les semaines suivantes, Sanders n’avait pas, pour autant perdu, le sens des réalités. Il le disait en ces termes à « The Nation » : « Pour être honnête, je suis raisonnablement doué en arithmétique et je comprendre que nous avons 300 délégués de moins que Biden et que notre chemin vers la victoire serait très étroit. Je comprends aussi qu’au moins une douzaine d’Etats ont reporté leur primaire. Et je comprends que, croyez-moi, que la nature de la campagne – et cela est très, très douloureux – a radicalement changé. Cela a changé pour Biden. Cela a changé pour moi. » En réalité, elle a beaucoup plus changé pour Sanders que pour Biden. Ce que la mathématique politique rendait presque improbable, le surgissement de l’épidémie de coronavirus l’a rendu impossible.

Au moment où la courbe des cas et décès liés au coronavirus est devenue exponentielle, la campagne des primaires a, de fait, été reléguée au second plan. L’épidémie a « immobilisé » le rapport des forces là où il en était : favorable à l’ancien vice-président de Barack Obama. Quelques semaines plus tôt, il était exactement l’inverse. Après une année 2019 poussive où Elizabeth Warren semblait pouvoir incarner l’aile progressiste, Bernie Sanders – malgré son âge (78 ans) et un goût de déjà-vu – a repris la corde au moment où cela compte le plus : lors de la cristallisation de janvier, puis lors des premiers votes avec trois victoires d’affilée au vote populaire. Tout le monde le considérait alors comme le favori. La manœuvre, alors diligentée par l’establishment, figurera sans doute dans les manuels de campagne ou les bibles d’étudiants en sciences-politiques : retrait de Pete Buttigieg et d’Amy Klobuchar derrière Joe Biden, éclatant vainqueur de la primaire en Caroline du Sud. Le rassemblement ne s’opérait pas du côté des progressistes, Elizabeth Warren restant en piste. Le Super Tuesday – quatorze Etats avec un tiers du total des délégués – devait constituer le tremplin pour Bernie Sanders. Il a finalement fonctionné comme une trappe s’ouvrant sous les pieds de l’outsider socialiste.

Bernie Sanders a mis fin à sa campagne, pas à sa carrière politique. On le trouvera encore au Sénat ou sur les estrades des meetings – si tant est que ceux-ci puissent de nouveau se tenir d’ici novembre – afin de faire prévaloir ses idées et défaire Donald Trump. L’Histoire ne manque jamais d’ironie : c’est au moment où une crise sanitaire, sociale et économique quasiment sans égale met en lumière le bien-fondé des propositions de Sanders que ce dernier doit renoncer à les porter directement auprès des électeurs. On ne doute pas que, opiniâtre, voire têtu, il continuera de les porter: c’est l’Histoire de plus d’un demi-siècle d’engagement.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Eclairages, Portrait

« La crise sanitaire est révélatrice des lacunes du système de santé américain »

Alors que les Etats-Unis sont devenus l’épicentre de la pandémie, entretien avec Sarah Rozenblum, chercheuse en santé publique et sciences politiques – Université du Michigan (Ann Arbor). (Article publié dans l’Humanité du 30 mars 2020.)

Quelle est la situation aux Etats-Unis ?

Sarah Rozenblum. La situation sanitaire s’aggrave aux États-Unis, premier foyer de contagion au monde, où l’on dénombre près de 150.000 cas de coronavirus et plus de 2 000 décès. New York est devenue l’épicentre de l’épidémie. Les hôpitaux de la ville sont saturés et manquent cruellement d’appareils d’assistance respiratoire. Le New Jersey voisin se prépare à un afflux massif de patients new-yorkais. La situation est également préoccupante à la Nouvelle-Orléans et Miami, la Louisiane et la Floride ayant tardé à réagir face à la menace sanitaire. Bien qu’une réponse unifiée à l’échelle étatique soit préférable à des mesures fragmentées, le Texas a délégué la gestion de la crise aux autorités locales. Enfin, les villes dotées de réseaux de transports publics relativement denses, comme Chicago, sont particulièrement sensibles et connaîtront une augmentation significative du nombre de cas au cours des prochains jours.

 

Quelle est la nature de la réaction des autorités ?

Sarah Rozenblum. Le système de santé américain est décentralisé. Les décisions sanitaires se prennent souvent à l’échelon étatique, voire local, au plus près des besoins des populations. Le gouvernement fédéral aurait pu choisir de coordonner (et donc harmoniser) la gestion de la crise, comme l’y incitait un manuel de préparation aux risques pandémiques rédigé lors de la présidence Obama. L’administration a préféré se désengager (dans un premier temps) de la gestion de la crise sur son volet sanitaire, la déléguant aux gouverneurs et autorités locales.

Les mesures les plus volontaristes ont été prises par les états démocrates de Californie, Illinois, Michigan, Washington, qui ont, selon les cas, confiné leur population, imposé la fermeture des établissements scolaires et lieux « non essentiels » et parfois généraliser les arrêts maladie à l’ensemble des travailleurs. Refusant de s’aligner sur la position du Président Trump, qui a longuement minimisé la gravité de la crise sanitaire, la qualifiant successivement de « canular » et de « distraction », les gouverneurs républicains de l’Ohio et de la Virginie Occidentale ont également édicté des mesures contraignantes. A l’opposé, la réponse du Mississippi et de l’Oklahoma semble bien lacunaire puisque leurs gouverneurs se sont contentés d’imposer la fermeture des écoles.

La « stratégie » du gouvernement fédéral a sensiblement évolué au cours des derniers jours. Oscillant entre déni de réalité et tentative de sauvetage de l’économie américaine lors de la première quinzaine de mars, Donald Trump semble avoir désormais pris conscience de la gravité de la situation. La déclaration d’état d’urgence du vendredi 13 mars a permis de débloquer 50 milliards de dollars en faveur des hôpitaux et entreprises. Le même jour, le Congrès a voté un projet de loi instaurant la gratuité des tests et créant un arrêt maladie d’urgence (assortie de nombreuses dérogations au bénéfice de grandes entreprises telles Amazon et Walmart). Après avoir refusé d’invoquer le Defense Production Act, Donald Trump s’est résigné à le faire le 27 mars pour demander à General Motors de réorienter son activité industrielle vers la production d’appareils d’assistance respiratoire. Ses décisions sont toutefois imprévisibles.

 

Qu’est-ce que l’épidémie du coronavirus révèle du système de santé et comment elle met en lumière la nature du débat du parti démocrate notamment sur la proposition du Medicare for All ?

Sarah Rozenblum. La crise sanitaire est révélatrice des lacunes du système de santé américain. De nombreux individus sont couverts par le biais de leur employeur. Plus de trois millions d’Américains ont été licenciés au cours du mois de mars, perdant de facto leur assurance au moment où ils sont le plus susceptibles de recourir au système de santé. Le candidat à l’investiture démocrate Bernie Sanders n’a cessé de pointer du doigt les dysfonctionnements du système américain. La crise sanitaire donne du poids à sa proposition d’élargir le programme fédéral Medicare (réservé aux personnes de plus de 65 ans et personnes en situation de handicap) à l’ensemble de la population. Le contexte actuel lui permet de rester en lice pour l’investiture démocrate, malgré des scores décevants lors des primaires du mois de mars. Peu audible sur la crise sanitaire, son opposant modéré Joe Biden refuse toute universalisation du système de santé.

Une crise de cette ampleur peut catalyser l’avènement d’un nouveau modèle social américain, mais non sans difficultés. Dans le cadre du New Deal, Franklin Roosevelt a renoncé à son projet de création d’un système de santé universel face à la pression des médecins qui refusaient toute immixtion de l’état dans leur activité, malgré les difficultés occasionnées par la Grande Dépression. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Harry Truman a renoncé à instituer une assurance santé obligatoire pour des raisons analogues. Aux États-Unis, les pires catastrophes n’induisent pas toujours de changements radicaux sur le plan sanitaire. Espérons qu’il en soit autrement cette fois-ci…

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Interviews