La Géorgie fait de Biden un président de plein exercice

La victoire historique des deux candidats démocrates lors des sénatoriales partielles donne une majorité dans les deux Chambres au président élu. Qu’en fera-t-il ? (Article publié dans l’Humanité du 7 janvier 2020.)

Fin février 2020, les électeurs africains-américains de Caroline du Sud étaient venus à la rescousse du candidat Biden en lui offrant une éclatante victoire, début d’un come-back qui mènerait le vieux pacha centriste de la politique à l’accession à la Maison-Blanche. Début janvier 2021, les électeurs africains-américains de Géorgie, autre État sudiste, ont sauvé sa présidence, ou tout au moins sa capacité à en faire quelque chose, en élisant deux sénateurs démocrates dans cet ancien bastion républicain. On y trouvera deux confirmations : l’électorat noir constitue l’épine dorsale de la coalition démocrate et les changements démographiques font tomber peu à peu le vieux Sud conservateur dans l’escarcelle des démocrates. Après la Virginie, de plus en plus fidèle au candidat du parti de l’âne depuis 2008, voici la Géorgie qui bascule. Il faut aussi souligner le rôle crucial joué par Stacey Abrams, candidate démocrate au poste de gouverneur en 2018, battue d’un cheveu, et cheville ouvrière, depuis, d’une vaste campagne d’inscription sur les listes électorales : près d’un million de personnes au total.

Entre la présidentielle de novembre et les « runoffs » (deuxièmes tours) de mardi, les marges sont souvent infimes, mais le résultat n’en est pas moins spectaculaire. Après avoir voté pour la première fois pour un démocrate depuis Jimmy Carter (régional de l’étape), « l’État de la pêche » va envoyer à la Chambre haute du Congrès deux élus au profil peu habituel, quasiment tous deux novices dans l’arène politique : Raphael Warnock, 51 ans, pasteur de l’Ebenezer Church (où officia Martin Luther King), et Jon Ossoff, producteur de films documentaires de 33 ans. Lors d’un scrutin ultramédiatisé, dont la participation a approché celle de novembre, ils ont battu les deux sénateurs républicains ultraconservateurs sortants (de 50 000 voix pour le premier et de plus de 15 000 pour le second).

La défaite pour le parti de Trump est cinglante. Et le président encore en exercice y a largement apporté son écot en divisant la famille conservatrice, à coups d’accusations contre le gouverneur et le secrétaire en charge des élections, qui ont validé le résultat de la présidentielle (12 000 voix d’avance pour Biden.) Il n’endossera évidemment aucune responsabilité du désastre géorgien, tout occupé qu’il était encore à faire invalider le vote du collège électoral, que le Congrès devait certifier hier. Le fait que la moitié du groupe républicain à la Chambre et une bonne dizaine de sénateurs le suivent dans cette tentative désespérée qui cousine avec le coup d’État en dit long sur l’état de l’establishment républicain. Il annonce une guerre de tranchées peut-être sans précédent dans les deux chambres.

Car, si Joe Biden dispose d’une majorité au Congrès, elle est infiniment plus ténue que celle qui a accompagné les premiers pas de Barack Obama. Les démocrates n’ont que quatre sièges d’avance à la Chambre des représentants. Quant au Sénat, l’égalité parfaite (50-50) donne une voix prépondérante à la vice-présidente, Kamala Harris, à la condition que le groupe démocrate ne subisse aucune déperdition. Pour le dire autrement, les lois – plus ou moins progressistes – tiendront au bon vouloir du sénateur démocrate mais très conservateur de la Virginie-Occidentale, Joe Manchin. Dans ses mémoires, Barack Obama raconte comment sa réforme de la santé a été rabotée et finalement dénaturée (même s’il n’utilise pas ce mot) par les tractations au Sénat, chambre profondément inégalitaire puisque chaque État, quelle que soit sa population, est représenté par deux élus. À la Chambre, en revanche, le faible avantage des démocrates donnera sans doute plus de poids à l’aile gauche, incarnée par le « Squad » (Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Ilhan Omar et Ayanna Pressley), renforcé par Cori Bush, Jamaal Bowman ou encore Mondaire Jones. Jusqu’ici, les progressistes ont un peu l’impression d’être les dindons du cycle électoral.

Dans ses nominations, Joe Biden ne leur a quasiment accordé aucune place. Fin 2020, Bernie Sanders faisait remarquer que le pôle progressiste, représentant « entre 35 % et 40 % de la coalition démocrate », n’avait pas trouvé sa place au sein de l’administration encore en construction. Incapacité stratégique de Joe Biden à dépasser son caractère profondément « centriste » ? Calcul tactique avant les sénatoriales de Géorgie afin de ne pas apeurer les électeurs modérés ? Volonté de l’establishment de marginaliser l’aile gauche ? Les réponses viendront très rapidement, au travers des derniers choix des membres de l’administration (le nom de Bernie Sanders revient régulièrement pour occuper la fonction de ministre du Travail), ainsi que des très puissantes présidences de commissions dans les deux chambres. Pour Matt Bruenig, fondateur du think tank de gauche People’s policy project, c’est, en quelque sorte, l’heure de vérité : « Avec un contrôle démocrate du gouvernement, il n’y aura pas d’excuses pour de mauvaises politiques. »

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s